COVID-19
La pandémie menace les familles vulnérables.
12.03.2020 - Actualité

Depuis 1962, les oranges n’ont pas pris une ride !

« On nous a demandé si quelqu’un avait des idées pour faire de l’argent. J’ai proposé de vendre des oranges, et c’est comme ça qu’est née la vente d’oranges. » En 1962, Claudine Planque lance l’idée de ce qui deviendra plus tard la plus grande action humanitaire de rue en Suisse : la vente d’oranges de Terre des hommes.

Le principe est simple : des bénévoles se relaient dans la rue pour vendre des oranges aux passants et récolter des fonds. Une action organisée chaque année depuis 1962.

L'origine de la vente d'oranges

Le succès de la première vente dépasse toutes les espérances. « J’ai organisé cette première vente à Lausanne. On était une équipe de copains et on a gagné 10'000.-. Les gens du Conseil [de Fondation de Terre des hommes] ont levé les bras en disant que c’était un miracle et qu’il fallait étendre l’action», racontait Claudine Planque, bénévole pour Tdh de 1962 à 2002. L’argent servait ensuite à financer l’hospitalisation des enfants soignés en Suisse.

Coupure de presse, hiver 1964-1965

Peu à peu, l’action prend de l’ampleur et se développe dans toute la Suisse, grâce à l’engagement sans faille de nos bénévoles. A l’image de Dominique Delley, présidente du groupe bénévole de Fribourg, qui vend des oranges pour Tdh depuis son plus jeune âge. « J’ai commencé à vendre des oranges en 1976, quand j’avais 12 ans. » 44 ans plus tard, elle n’a rien perdu de son énergie et de sa conviction.

«Ma contribution est une goutte d'eau dans un océan de détresse, mais je sais que cette goutte d'eau change la vie de nombreux enfants démunis.»

Dominique Delley, présidente Groupe bénévole de Fribourg

Lire la suite...

Aujourd’hui, la vente d’oranges est devenue la plus grande action humanitaire de rue en Suisse. Plus de 1500 bénévoles s’engagent chaque année pour vendre 87’000 oranges et récolter – avec le soutien de nombreuses entreprises – plus de 600'000.- CHF, un apport financier indispensable pour poursuivre nos projets d’aide à l’enfance sur le terrain.

A lire aussi : Les débuts de Terre des hommes

« La vente d’oranges est une action qui s’inscrit au cœur de Terre des hommes. Elle symbolise le soutien indéfectible de la population suisse en faveur des enfants les plus vulnérables », déclare Thierry Monnin, responsable de la vente d’oranges.

Vous souhaitez vous aussi devenir bénévole et faire partie de la grande chaîne de solidarité de Terre des hommes ? Annoncez-vous auprès de benevolat@tdh.ch pour rejoindre le groupe bénévole le plus proche de chez vous ou simplement participer à une action.

Un regard en arrière: Ceci est le troisième article d'une série de 10, publiée à l'occasion de notre 60e anniversaire.

Rejoignez notre campagne « Fonds pour l’enfance »

Dans une interview accordée à la RTS le 13 février 1968 à son retour du Viêtnam, Edmond Kaiser déclarait : « […] nous n’aurions plus le droit de porter ce nom d’homme et de responsable que nous avons si nous entrions dans le rang des complices qui sachant cette douleur infinie se décident délibérément à ne rien faire. »

Alors qu’un nombre croissant d'enfants vivent aujourd’hui dans de meilleures conditions, plusieurs millions d’entre eux ont encore besoin de soutien et de protection. A l’occasion de notre 60ème anniversaire, nous avons lancé une campagne sur MyTdh, notre plateforme de collecte en ligne. L'objectif est de récolter 60'000 francs en un an. Ensemble nous pouvons y arriver, grâce à votre générosité et votre fidèle engagement !

Participez dès maintenant à notre campagne « Fonds pour l’enfance » en mobilisant votre réseau et soutenez nos programmes en faveur des enfants dans le monde. Merci du fond du cœur !

 

 

Source photos : originaux conservés aux Archives cantonales vaudoises, Fonds ACV PP 1053, Fondation Terre des hommes.

 

 

Tags associés
Retour aux Actualités