Tsunami en Indonésie
Des milliers de familles affectées Lire plus
11.06.2018 - Actualité

Asie: lutter contre l’exploitation des enfants dans l’industrie du coton

Les enfants impliqués dans les chaînes de valeur mondiales sont parmi les plus vulnérables au monde. Qu’il soit question d’agriculture, de production industrielle, d’extraction minière ou de services, nous, les consommateurs du produit final, sommes tous concernés. Voilà pourquoi Terre des hommes (Tdh) appuie et protège les enfants à risque ou affectés par l’exploitation, en plus de faciliter des conditions de travail décentes pour les jeunes.

Cent cinquante-deux millions d’enfants dans le monde sont exploités, dont 72 millions dans des activités dangereuses (Organisation internationale du Travail, 2017). En Inde, la rémunération quotidienne d’un enfant travaillant jusqu’à 12 heures par jour dans les conditions extrêmes d’une ferme de graines de coton est inférieure à 1,50 $. «Les enfants issus de milieux défavorisés n’ont souvent pas d’autres choix que de travailler pour soutenir économiquement leur famille», nous confie Anna Lazar, déléguée de Tdh pour l’Inde. «Les enfants travaillent souvent dans des conditions d’insécurité et dangereuses pour leur santé, de longues heures sous le soleil ou exposés à des produits chimiques qui ont un impact négatif sur leur bien-être et leur développement.» De plus, les enfants qui migrent à la recherche d’un travail sont souvent à la merci de trafiquants ou d’exploiteurs sexuels, en particulier les filles.

Proposer des alternatives

Les enfants et leurs familles sont au cœur des activités de Tdh. En plus de fournir des services de base, Tdh encourage les enfants affectés ou risquant l’exploitation à aller vers des alternatives adaptées comme de l’éducation ou des formations professionnelles pour eux-mêmes et leur famille.

Indien: Terre des hommes (Tdh) unterstützt Familien und Kinder, die von Ausbeutung in der Baumwollindustrie betroffen sind.

C’est dans cet esprit que Tdh a entrepris un travail tout au long de la chaîne de valeur du coton en Asie. Selon nos recherches, les conditions de travail dans cette industrie ont un effet néfaste sur le bien-être, la protection et le développement des enfants, des jeunes et de leurs familles. Notre approche se concentre sur plusieurs étapes de la chaîne d’approvisionnement du coton sur le continent asiatique. En Inde, par exemple, nous nous concentrerons d’abord sur la production. Au Bangladesh, les filatures et les sous-traitants de l’industrie du vêtement constituent des secteurs à risque. Au Myanmar, une surveillance accrue du travail des enfants s’impose dans le secteur du textile, en pleine expansion.

Faire la différence ensemble

«La contribution des entreprises qui partagent notre vision est essentielle si l’on veut prévenir l’exploitation des enfants dans les chaînes d’approvisionnement. Ces entreprises collaborent avec les acteurs locaux et les communautés pour élaborer et mettre en place des solutions avancées qui contribuent à résoudre ce problème mondial», explique Peggy Herrmann Ljubicic, responsable du programme de lutte contre l’exploitation des enfants à Tdh. Une coopération avec les acteurs de l’offre et de la demande de la chaîne de valeur du coton permettra l’atteinte de solutions durables: d’un côté, des activités adaptées aux enfants et leurs familles (amélioration des moyens de subsistance, offre de formations professionnelles et soutien des communautés) ; de l’autre, une collaboration avec les entreprises en vue d’établir les fondations qui s’imposent, notamment l’intégration des droits de l’enfant dans les politiques de transparence et des codes de conduite à l’égard du travail des enfants.

Nous sommes d’avis que la fin de l’exploitation des enfants dans la chaîne de valeur mondiale nécessite avant tout un effort collectif. C’est ainsi que nous en sommes venus à réduire la distance entre les consommateurs et les producteurs, aux deux extrémités de la chaîne de valeur, à l’aide de solutions novatrices et contextuelles. A l'occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants, n’oublions pas les enfants exploités dans le monde. Ensemble, nous pouvons faire la différence.

Crédit photos: ©Tdh/Christian Brun et François Struzik