Urgence Rohingyas
Plus de 360'000 enfants victimes de violence ont trouvé refuge au Bangladesh. Ils ont besoin d’une aide immédiate.
benevole

Avec votre don, vous soutenez les enfants qui en ont le plus besoin et nous aidez à changer leur avenir.

Grâce à votre don, nos spécialistes peuvent venir en aide aux enfants qui en ont le plus besoin.

En tant que sympathisant, vous nous soutenez dans la lutte pour le respect des droits de l'enfant.

Devenez forgeur de destinées et aidez-nous à changer l’avenir des enfants les plus vulnérables.

Mettez vos compétences et un peu de votre temps libre au service des enfants.

Chantez, jouez ou dansez en faveur des enfants exploités.

Soutenez les actions de rue du 20 novembre pour la Journée Internationale des droits de l’enfant.

Marche, ski de fond, course d’orientation ; nos bénévoles organisent des activités sportives pendant toute l’année.

Participez à la chaîne de solidarité en achetant un ou plusieurs cartons d'oranges.

Devenez partenaire de Tdh et aidez-nous à soutenir plus de 2 millions d’enfants et leurs familles chaque année.

Dans quel domaine pouvons-nous vous aider ?

Je m’engage Je m'engage Je m'engage Je m’engage Je m'engage Je m'engage Je m'engage Prendre contact Je m'engage Ordre
05.12.2017 - Actualité

Les Bonga, deux générations de bénévoles

Chez la famille Bonga, le bénévolat, ça coule dans les veines. Les deux parents – Suellen et Jan – et leurs trois enfants – Katia, Leah et Liam – sont tous engagés pour Terre des hommes. Pour eux, c’est «comme un hobby». Rencontre à Nyon avec une famille hors du commun.

Le triathlon de Nyon, 20 éditions de la marche de l’espoir, de nombreux stands et ventes pour Tdh, et on en oublie. Malgré des agendas bien remplis, les cinq membres de la famille Bonga trouvent du temps à donner pour une cause qui leur tient à coeur: l’aide à l’enfance. «Si on a des enfants en bonne santé, on se doit de faire quelque chose pour ceux qui n’ont pas cette chance», explique Suellen, qui accompagne également les enfants qui viennent se faire opérer en Suisse dans le cadre de notre programme des soins spécialisés. Quant à leurs trois enfants, ils sont tombés dedans quand ils étaient petits. «Ils venaient avec nous sur les stands et invitaient des copains», raconte Jan.

Une relève engagée

Lors d’une visite à Massongex, Liam, encore petit, s’est lié d’amitié avec un pensionnaire de la Maison*. «Au moment de partir, il nous a demandé s’ il pouvait venir dormir chez nous. C’est la magie des Les Bonga, deux générations de bénévoles rencontres entre deux mondes totalement différents» raconte Suellen. «Quand Leah et Katia avaient 6 ou 7 ans, elles ont fait du porte-à-porte pour récolter de l’argent  pour Tdh. J’ai appris des années après qu’elles avaient en fait cueilli des fleurs dans le jardin de la voisine pour les vendre!» Adultes, ils s’engagent à leur tour dans les comités d’organisation d’événements au profit de Tdh aux côtés de leurs parents.

Porte ouverte sur d’autres réalités

Pour Suellen, le bénévolat «ouvre la porte sur d’autres réalités. C’est cliché de dire que c’est plus beau de donner  que de recevoir, mais c’est vrai.» Pour Jan, c’est aussi une activité sociale: «On rencontre des personnes qui ont le même état d’esprit.»

Et le bénévolat en 2017?

«Il devient de plus en plus difficile de trouver des gens prêts à s’engager», affirme Jan. Un avis qui n’est pas partagé par Katia. «Il y a beaucoup de jeunes dans mon entourage qui le font» répondelle. Quoi qu’il en  soit, ils sont d’accord sur une chose: l’image du bénévolat a changé. «Avant, le bénévolat n’était pas vraiment reconnu. Aujourd’hui, c’est une activité valorisée et même parfois un atout dans le monde professionnel».

Devenez vous aussi bénévole pour Tdh et donnez un peu de votre temps pour aider les enfants dans le besoin.

Sur la photo, de gauche à droite: Liam, Suellen, Leah, Jan et Katia.

 

Tags associés
Retour aux Actualités