23.12.2020 - Actualité

Les enfants ont leur mot à dire!

En 2020 Terre des hommes célébrait ses 60 ans. Depuis sa création en 1960, les enfants restent au cœur de la mission de la Fondation. Ces dernières années ont toutefois marqué le début d’une nouvelle ère, porteuse d’espoirs. De Malala Yousafzai, jeune activiste pakistanaise qui lutte pour l’éducation des filles, à Greta Thunberg, militante écologiste suédoise de 17 ans, en passant par des milliers d’autres moins visibles, les enfants prennent position sur des enjeux sociétaux et environnementaux. Leur participation est un droit prévu par l’article 12 de la Convention relative aux droits de l’enfant.

Terre des hommes travaille sur le renforcement de l’estime de soi et la confiance pour permettre une réelle participation des enfants et des jeunes. «Nous encourageons et soutenons la création d’espaces d’expression adaptés aux enfants dans lesquels ils et elles peuvent développer, à travers l’art, le sport et le jeu, leurs ressources internes et leurs capacités de résilience», explique Maria Bray, spécialiste de la protection de l’enfance chez Tdh. Parmi nos projets, #Covidunder19, Clarissa et Youcreate mettent un accent particulier sur la participation des enfants.

#CovidUnder19 : Que pensent les enfants de la pandémie?

Pour connaître le vécu des enfants du monde pendant la pandémie de Covid-19, et pour savoir ce qu’ils et elles souhaitent dire à leurs gouvernements, Terre des hommes a créé l’initiative #CovidUnder19 et lancé un sondage international, en collaboration avec l’ONU et une trentaine d’organisations, ainsi que des enfants et jeunes. Les résultats de l’enquête révèlent les opinions des enfants et des jeunes, pour que leur voix soit prise en compte par les décisionnaires politiques. «Les enfants ne sont pas aussi perdus que vous le pensez. Ils ont une voix, et aucune voix ne doit être exclue. Etre un enfant ne veut pas dire que nos voix sont moins crédibles», a dit un garçon de 10 ans des Philippines.

Au total, 26’258 enfants et adolescent·e·s âgé·e·s de 8 à 17 ans, originaires de 137 pays, ont participé à l’enquête #CovidUnder19. 

Clarissa : impliquer les enfants dans la lutte contre l’exploitation

Dans le monde, 152 millions d'enfants sont victimes d’exploitation. Près de la moitié, soit 73 millions, travaillent dans des conditions dangereuses. Le projet de recherche-action CLARISSA vise à réduire le nombre d'enfants exploité·e·s, avec la participation des enfants concerné·e·s.

Dans le cadre de ce projet, Tdh et ses partenaires recueillent 1200 histoires d'enfants affecté·e·s par le travail au Bangladesh, au Myanmar et au Népal afin d'analyser la situation en Asie. Les enfants participent activement à la recherche-action : avec notre soutien, ils et elles récoltent de manière autonome les histoires et expériences de pairs, et analysent ensuite ces témoignages. L’objectif est de comprendre pourquoi certains enfants exercent un travail dangereux.

A l’étape suivante du projet, les enfants, les familles et les membres des communautés pourront proposer des solutions adaptées et innovantes pour lutter contre les pires formes de travail des enfants, les testeront et les évalueront ensuite. Cette approche combine la collecte de données et l'apprentissage par l'action.

Youcreate: des initiatives artistiques menées par des enfants et des jeunes

Dans le cadre de la méthodologie YouCreate développée par Tdh, les enfants et les jeunes peuvent créer leurs propres projets artistiques ou digitaux, tout en développant leur autonomie, leur sens des responsabilités et leur confiance en soi. Des formations en leadership leur sont également proposées.

Yara, jeune réfugiée syrienne, a participé au projet en Egypte. Pendant près d’un an, elle ne sortait presque pas de sa chambre. Durant les premiers jours de la formation, lorsqu’elle voulait poser une question, elle l’écrivait sur un morceau de papier qu’elle donnait à l’animateur. Peu à peu, elle a commencé à s’exprimer à voix haute. Avec d’autres jeunes, elle s’est penchée sur les défis auxquels est confrontée sa communauté et les solutions possibles. «Ce projet m’a aidée à sortir de mon isolement et à faire face à la guerre et ses conséquences d’une manière différente», confie-t-elle. Aujourd’hui, Yara est impliquée dans diverses initiatives en tant que bénévole pour Tdh.

 

Un regard en arrière : Ceci est le dernier article d'une série de 10, publiée à l'occasion de notre 60e anniversaire.

Crédit photo: ©Tdh/Jean-Luc Marchina

Retour aux Actualités