Urgence Rohingyas
Plus de 200'000 enfants victimes de violence ont trouvé refuge au Bangladesh. Ils ont besoin d’une aide immédiate.
sympathisant

Avec votre don, vous soutenez les enfants qui en ont le plus besoin et nous aidez à changer leur avenir.

Grâce à votre don, nos spécialistes peuvent venir en aide aux enfants qui en ont le plus besoin.

En tant que sympathisant, vous nous soutenez dans la lutte pour le respect des droits de l'enfant.

Devenez forgeur de destinées et aidez-nous à changer l’avenir des enfants les plus vulnérables.

Mettez vos compétences et un peu de votre temps libre au service des enfants.

Chantez, jouez ou dansez en faveur des enfants exploités.

Soutenez les actions de rue du 20 novembre pour la Journée Internationale des droits de l’enfant.

Marche, ski de fond, course d’orientation ; nos bénévoles organisent des activités sportives pendant toute l’année.

Participez à la chaîne de solidarité en achetant un ou plusieurs cartons d'oranges.

Devenez partenaire de Tdh et aidez-nous à soutenir plus de 2 millions d’enfants et leurs familles chaque année.

Dans quel domaine pouvons-nous vous aider ?

Je m’engage Je m'engage Je m'engage Je m’engage Je m'engage Je m'engage Je m'engage Prendre contact Je m'engage Ordre
20.03.2017 - Actualité

« Familles sans frontières » : une campagne en soutien aux enfants moldaves laissés derrière

« Ma chère maman, mon cher papa, j’espère que vous allez bien. Vous me manquez énormément. Je ne vous ai pas vus depuis longtemps et votre absence me fait beaucoup de peine. Je ne veux pas de cadeaux. Je veux seulement que vous soyez en bonne santé, heureux et près de moi. Je vous aime ! »

– Message d’une fille de 14 ans à ses parents qui travaillent à l’étranger.

À l’occasion de la campagne d’information nationale « Familles sans frontières », cette jeune fille et environ 3'000 autres enfants moldaves ont participé à nos activités psychosociales en groupe. La campagne, menée par Terre des hommes Moldavie (avec le soutien de l’ambassade des Pays-Bas), a pour but d’aider les enfants, les parents, les professionnels de la protection de l’enfance et la société tout entière à surmonter les problèmes liés à la protection des enfants dont les parents travaillent à l’étranger.

La migration est un phénomène répandu en Moldavie. Entre un cinquième et un quart de la population moldave habiterait actuellement à l’étranger. En raison de la migration économique, 270'000 enfants de moins de 14 ans sont séparés d’au moins un de leurs parents. Un sondage réalisé à l’occasion de la campagne montre que 48% des enfants interrogés ont au moins un parent employé à l’étranger.

Confrontés à un manque d’encadrement et à une forte charge émotionnelle, les enfants dont les parents travaillent à l’étranger sont plus vulnérables et plus susceptibles de souffrir d’isolement, de peur, d’anxiété, d’insomnie, de problèmes d’intégration, de violence, de décrochage scolaire et d’autres problèmes graves.

Notre campagne de sensibilisation « Familles sans frontières » vise à atténuer les effets négatifs dont souffrent les enfants touchés par la migration. À l’aide d’activités, de matériel d’information et d’autres moyens, la campagne fournit des conseils pratiques contribuant à maintenir une relation saine entre les enfants et leurs parents employés à l’étranger. La campagne se concentre notamment sur les besoins et les attentes des enfants, sur la façon dont ces derniers interprètent l’absence de leurs parents et sur leur compréhension de la situation.

« La situation économique est très difficile dans notre pays et, pour subvenir aux besoins de leurs enfants et leur offrir une éducation, plusieurs personnes n’ont d’autre choix que de partir travailler à l’étranger. Nous ne pouvons pas empêcher la migration. Toutefois, l’activité m’a fait comprendre que, avant de partir à l’étranger, les parents se doivent d’avoir une discussion franche avec leurs enfants pour connaître leur opinion. Nous devons les préparer sur le plan émotionnel. Mon mari travaille à l’étranger et je vais l’encourager à parler plus souvent avec notre fils », a mentionné la mère d’un garçon de 10 ans qui, avec 2'000 autres parents et tuteurs, a participé à nos activités psychosociales en groupe.

La campagne, en plus de donner des conseils aux parents et aux professionnels du milieu, a touché des centaines de milliers de personnes au moyen d’événements publics et grâce à la participation des médias, ce qui a permis de sensibiliser la société dans son ensemble et de faire changer les attitudes à l’égard des enfants éloignés de leurs parents.

Credit photo: © Tdh/Igor Lupu