don-general

Avec votre don, vous soutenez les enfants qui en ont le plus besoin et nous aidez à changer leur avenir.

Grâce à votre don, nos spécialistes peuvent venir en aide aux enfants qui en ont le plus besoin.

En tant que sympathisant, vous nous soutenez dans la lutte pour le respect des droits de l'enfant.

Devenez forgeur de destinées et aidez-nous à changer l’avenir des enfants les plus vulnérables.

Mettez vos compétences et un peu de votre temps libre au service des enfants.

Chantez, jouez ou dansez en faveur des enfants exploités.

Soutenez les actions de rue du 20 novembre pour la Journée Internationale des droits de l’enfant.

Marche, ski de fond, course d’orientation ; nos bénévoles organisent des activités sportives pendant toute l’année.

Participez à la chaîne de solidarité en achetant un ou plusieurs cartons d'oranges.

Devenez partenaire de Tdh et aidez-nous à soutenir plus de 2 millions d’enfants et leurs familles chaque année.

Dans quel domaine pouvons-nous vous aider ?

Cette action est menée en collaboration avec Coop et Frupale SL, producteur d’oranges depuis 3 générations dans la région de Valence (Espagne). Cette société est certifiée assurant une production respectueuse de l’environnement, et garantit une approche responsable de la santé et de la sécurité des travailleurs.

Je m’engage Je m'engage Je m'engage Je m’engage Je m'engage Je m'engage Je m'engage Prendre contact Je m'engage Ordre
19.11.2018 - Actualité

Des enfants parlent de leurs droits...

... et voici comment nous les garantissons

Le 20 novembre marque l’anniversaire de l’adoption de la Convention relative aux droits de l’enfant. Vingt-neuf ans après la proclamation de 42 droits de l’enfant à travers les 54 articles de cette convention, Terre des hommes (Tdh) a posé à des élèves les questions suivantes : Quels sont vos droits et pourquoi sont-ils importants ? Que feriez-vous pour améliorer les conditions de vie des enfants du monde entier ?

Le droit à la santé

« Personne ne devrait mourir d’une maladie qui est facilement soignable », explique Olivia, 12 ans. Aujourd’hui encore, trop d’enfants dans le monde souffrent de maladies évitables. Beaucoup perdent la vie pendant l’accouchement ou quelque temps après celui-ci. La résolution de ces problématiques nécessite l’implication des acteurs locaux, et notamment des autorités locales, et requiert d’accorder une attention toute particulière aux zones historiquement négligées. Cela exige d’améliorer l’accès aux services de santé pour chaque personne et de former le personnel de santé afin que celui-ci puisse offrir des soins de qualité et sauver la vie des enfants les plus vulnérables.

En 2017, Terre des hommes a apporté des soins à 1,2 million d’enfants. A titre d’exemple, au Mali, nous formons des sages-femmes et le personnel de santé en milieu rural afin d’améliorer de façon durable la qualité des soins prodigués à la naissance. En l’espace d’une année, ce projet soutenu par le Prix Balzan a permis de sauver la vie de près de 200 nouveau-nés. Fort de ce succès, le projet sera prochainement étendu à d’autres régions.

 

Le droit à l’éducation

« L’éducation est importante, car quand on devient grand et qu’on veut un métier, il faut avoir des  connaissances et savoir comment faire », déclare Trenton, 12 ans. L’éducation constitue la base du développement de l’enfant ainsi qu’une véritable initiation à la vie adulte. Aujourd’hui encore, trop d’enfants voient ce droit entravé par la pauvreté, la discrimination, les crises ou les déplacements. Des actions sont nécessaires afin de mettre en place un système éducatif qui inclut tous les enfants.

A titre d’exemple, en 2017, Terre des hommes a amélioré l’accès à l’éducation pour 5000 enfants migrants en Albanie et au Kosovo. Les enfants migrants qui retournent dans leur pays d’origine rencontrent de sérieuses difficultés au moment de réintégrer le système éducatif. Cela s’explique par le fait qu’ils sont déscolarisés durant toute la période de migration. Grâce aux activités que nous avons menées dans ces deux pays, ces enfants ont pu récupérer les leçons qu’ils avaient manquées. Dispensés après la journée de classe, ces cours de rattrapage facilitent leur réintégration au système éducatif traditionnel.

 

Le droit de jouer, de rire et de rêver

Sans le droit de jouer, « je ne serais pas un véritable enfant », confie André, 13 ans. Aujourd’hui, un enfant sur six dans le monde ne peut pas aller à l’école, a vu son foyer ou son quartier détruit, a été blessé au cours d’un conflit, a subi ou vu des atrocités, ou a perdu un être cher. En raison de guerres, de conflits ou encore de catastrophes naturelles, des enfants sont déplacés et contraints à vivre dans des camps de réfugiés, oubliant très souvent la signification du mot enfance. Dans nos espaces destinés aux enfants, nous leur redonnons la possibilité de jouer, de rire et de rêver.

A titre d’exemple, en 2017, Terre des hommes est venue en aide à plus d’un million d’enfants et à leurs familles victimes de crises humanitaires. Au Bangladesh, grâce à la mise en place d’espaces destinés aux enfants dans les camps de réfugiés surpeuplés, Tdh protège les enfants rohingyas et les aide à surmonter ces moments traumatisants en leur redonnant le goût de l’enfance. « En temps de crise, des espaces destinés aux enfants sont primordiaux. Cela leur donne une chance de se remettre sur pied. C’est bon de constater à quel point l’énergie est différente ici et à quel point les enfants sont heureux », explique Nicola Griffiths, coordinatrice de la protection de l’enfance au Bangladesh.

Découvrez plus de vidéos sur les droits de l’enfant :

 

Luttez avec nous pour le respect des droits des enfants.