urgence

Avec votre don, vous soutenez les enfants qui en ont le plus besoin et nous aidez à changer leur avenir.

Grâce à votre don, nos spécialistes peuvent venir en aide aux enfants qui en ont le plus besoin.

En tant que sympathisant, vous nous soutenez dans la lutte pour le respect des droits de l'enfant.

Devenez forgeur de destinées et aidez-nous à changer l’avenir des enfants les plus vulnérables.

Mettez vos compétences et un peu de votre temps libre au service des enfants.

Chantez, jouez ou dansez en faveur des enfants exploités.

Soutenez les actions de rue du 20 novembre pour la Journée Internationale des droits de l’enfant.

Marche, ski de fond, course d’orientation ; nos bénévoles organisent des activités sportives pendant toute l’année.

Participez à la chaîne de solidarité en achetant un ou plusieurs cartons d'oranges.

Devenez partenaire de Tdh et aidez-nous à soutenir plus de 2 millions d’enfants et leurs familles chaque année.

Dans quel domaine pouvons-nous vous aider ?

Je m’engage Je m'engage Je m'engage Je m’engage Je m'engage Je m'engage Je m'engage Prendre contact Je m'engage Ordre
03.03.2017 - Actualité

Eviter une famine de masse au Soudan du Sud

La famine a été déclarée dans certaines régions du Soudan du Sud le 20 février, selon l’échelle IPC* de la sécurité alimentaire. La déclaration de famine est émise uniquement dans les pires situations, soit lorsque plus de 20% des familles font face à une pénurie alimentaire aiguë et que le taux de mortalité des moins de cinq ans est supérieur à quatre décès par jour pour 10’000 enfants. Dans d’autres régions du Soudan du Sud, le secteur humanitaire parle également de personnes mourant de faim et du besoin urgent de nourriture et de soutien à l’agriculture.  Terre des hommes apporte une aide d’urgence aux enfants et à leurs familles avant que la famine ne s’étende à tout le pays.

« Nous intervenons dès maintenant auprès de familles au bord de la famine à Yei et à Juba, parce que si nous attendons la déclaration de l’état de famine dans ces villes du sud, trop d’enfants seront déjà morts de faim », indique Steve Ringel, responsable de l’urgence à Terre des hommes.

100'000 personnes sont prises au piège dans la ville de Yei, une zone agricole importante du pays. La population est coupée de ses terres agricoles en raison du conflit armé qui a atteint leur région en septembre dernier. En effet, les troupes gouvernementales tiennent Yei et contrôlent les axes principaux, tandis que les rebelles encerclent la ville. L’an dernier déjà, l’insécurité liée au conflit avait empêché toute récolte. Ce printemps, il sera encore très difficile de semer de nouvelles graines en raison du blocus et de l’accès incertain aux champs.

Le prix de l’eau potable a également augmenté et les familles des régions touchées par le conflit font face à des choix dramatiques. Une mère nous a raconté que pour acheter de l’eau, elle n’avait pas d’autres choix que de « réduire drastiquement ses dépenses de nourriture ». Avant d’ajouter : « Avec quelques semences et outils, je pourrais planter et récolter mes propres légumes dans les jardins de la ville. »

Nous accédons à la ville assiégée par voie aérienne et travaillons avec les familles vulnérables pour lutter contre la faim. Nous distribuons des semences et des outils, et créons des opportunités d’emploi contre argent (cash for work) afin de soutenir le pouvoir d’achat des travailleurs locaux pour qu’ils puissent subvenir à leurs besoins de base. Nous aidons les familles à sortir du cercle vicieux de la malnutrition, dont souffrent déjà plus de 270’000 enfants, et prévenons ainsi une famine de masse à l’échelle du pays.

Une famine démarre doucement : il peut s’agir d’une pénurie alimentaire mettant les enfants à risque de malnutrition aiguë, ou encore d’une mauvaise récolte provoquée par la sécheresse touchant particulièrement les familles d’agriculteurs. Un tel contexte se transforme en situation d’urgence lorsqu’il est conjugué à la guerre, affectant les moyens de subsistance de la population comme c’est le cas au Soudan du Sud. Selon l’ONU, 4,9 millions de Sud-Soudanais souffrent d’insécurité alimentaire et la tendance est à la hausse, menaçant l’ensemble du pays de famine.

*Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire

Soutenez nos projets au Soudan du Sud

Crédit photo: © Tdh / Ollivier Girard