Urgence Rohingyas
Plus de 360'000 enfants victimes de violence ont trouvé refuge au Bangladesh. Ils ont besoin d’une aide immédiate.
27.03.2017 - Actualité

Gaza: onze enfants évitent la détention

Après des mois de pression et de plaidoyer, Terre des hommes (Tdh) a obtenu la libération de onze garçons de 15 à 17 ans détenus pour des infractions mineures. Pour la première fois, le système officiel a approuvé une telle mesure et, ultimement, un juge a signé un document officiel substituant une formation professionnelle à la détention des enfants.

«Le processus de condamnation et de remise en liberté, même s’il fut laborieux, en a valu la chandelle: cette mesure non carcérale est sans précédent à Gaza», a déclaré Marta Gil, coordinatrice du programme de Justice pour les enfants de Tdh Palestine. «Grâce aux efforts de Terre des hommes et du ministère des Affaires sociales, nous sommes venus à bout de tous les problèmes bureaucratiques. Aujourd’hui, je peux dire qu’un mécanisme est en place à Gaza pour offrir des solutions autres que la détention».

Beaucoup de travail a été réalisé auprès des responsables des services sociaux et des autorités judiciaires afin de permettre aux enfants de bénéficier d’une formation professionnelle supervisée. «Le processus était très complexe. C’était la première fois à Gaza que des enfants étaient officiellement remis en liberté par un tribunal pour purger leur peine autrement qu’en détention», a déclaré un membre du personnel de Tdh à Gaza. De concert avec le ministère des Affaires sociales, nous avons mis sur pied un comité chargé d’évaluer le dossier de chacun des enfants détenus au centre Al-Rabee. Des enfants ont été présélectionnés puis interviewés et, en fonction de critères précis, onze d’entre eux ont été choisis pour recevoir une formation professionnelle.

Khaled*, 16 ans, est l’un des onze garçons qui ont pu profiter d’une formation professionnelle en remplacement de leur détention. «J’étais en prison depuis cinq mois. Je sais que j’ai mal agi et que je n’aurais pas dû voler quoi que ce soit à quiconque. Cela dit, c’était très long et difficile là-bas», a-t-il confié à Lubna, une psychologue de Tdh. «Je veux travailler et plus tard devenir peintre automobile. Je m’y prépare grâce à la formation professionnelle.»

Khaled, arrêté par la police pour avoir volé deux réservoirs d’eau vides, a pu profiter d’une formation professionnelle en remplacement d’une détention. Il s’agit d’une première à Gaza.

Khaled, bénéficiaire de Tdh à Gaza

Lire la suite...

Lubna travaille avec ces enfants et offre des thérapies familiales. «Il est essentiel de travailler avec les familles. Ces enfants ont commis des infractions mineures, mais ont été incarcérés avec des auteurs d’infractions graves. Ils ont besoin de temps pour digérer ce qu’ils ont vécu au centre de détention. Je les aide à comprendre, à récupérer et à réintégrer la société», a-t-elle indiqué.

Soutenu financièrement par le PNUD et l’UNICEF, notre programme de Justice pour les enfants en Palestine a pour but de réduire le nombre d’enfants en garde à vue et dans les centres de redressement fermés et de fournir des solutions préférables à la détention d’enfants et d’adolescents.

Parmi les principaux contributeurs à la réussite de ce programme, on compte le Centre palestinien pour la démocratie et la résolution des conflits (PCDCR), le Conseil supérieur de la magistrature, les tribunaux compétents pour chaque cas, les procureurs, les avocats, les conseillers en protection de l’enfance, les agents de probation, les sociologues, les psychologues ainsi que les familles des enfants.

*Nom d’emprunt

Crédit photo : ©Tdh

Retour aux Actualités