24.01.2012 - Actualité

Guinée – Insalubrité dans les centres de soins

Terre des hommes pousse l’Etat à un “réveil de conscience”

Terre des hommes vient de lancer un projet pour améliorer les conditions d’hygiène dans sept centres de santé de Conakry. Cette intervention permettra d’améliorer considérablement la qualité des soins prodigués à 262’000 mères et enfants. Au cours du lancement officiel du projet, le Directeur National de l’hygiène publique a appelé à un “réveil de conscience” dans les structures de soins, au nom du Ministre de la Santé et de l’Hygiène. Il s’est notamment engagé à faire de la motivation des chefs de centres de santé un véritable critère de sélection, et que des mesures soient mises en œuvre pour que les centres parviennent à respecter eux-mêmes les conditions d’hygiène.

“L’eau n’arrive que de 2 à 3 fois par semaine dans les centres de santé”

Depuis l’ouverture de la délégation en Guinée, Terre des hommes soigne les enfants atteints de malnutrition et conseille leurs mères et familles à leur apporter les meilleurs soins et une nutrition adaptée à leurs âges. La délégation intervient au cœur des communautés ainsi que dans 15 centres de santé situées dans trois communes de Conakry (Ratoma, Dixinn, Matoto). Depuis quelques mois déjà elle s’est attaquée à rendre plus salubres les conditions d’hygiène dans sept centres de la capitale guinéenne, afin d’améliorer davantage la qualité des soins prodigués aux malades. Ces centres souffrent d’un accès insuffisant à l’eau: “l’eau n’arrive que 2 à 3 fois par semaine dans les centres de santé, et pendant seulement quelques heures, ils ne peuvent donc ni soigner convenablement les patients, ni nettoyer les salles de soins et les équipes de manière adéquate”, déplore Mohamed Moustafa Sarr, Chef de projet “Eau, assainissement et hygiène” de Tdh en Guinée. Les latrines des centres de santé ne sont pas non plus réellement fonctionnelles et adaptées, et présentent un risque de contaminer les nappes d’eaux souterraines et donc les patients.

Pousser l’Etat à garantir les normes minimales

L’objectif de Terre des hommes est d’entraîner et de soutenir le Ministère de la santé et de l’hygiène publique, ainsi que la population, à assurer les normes minimales de conditions sanitaires telles que déterminées par l’OMS (organisme mondial de la santé). En plus de diffuser des messages liés à une bonne alimentation, les agents de santé de Tdh et les chefs communautaires s’attèleront à garantir que les communautés puissent bénéficier de bonnes conditions d’hygiène (accès à l’eau, à l’assainissement, à l’hygiène). Dans les sept centres de santé, l’Etat, la Division de la ville de Conakry, les collectivités locales, le personnel de santé, seront tous informés et impliqués dans l’amélioration des conditions d’hygiène dans leurs centres de soins. Grâce à l’implication de tous, Tdh garantit ainsi que les nouvelles normes et infrastructures seront tenues et respectées dans le temps, grâce à une autonomie acquise tout au long du projet par les centres de santé. Chaque centre disposera d’un accès continu à l’eau potable, de services d’assainissement améliorés, de systèmes de désinfection et de purification, et d’une gestion de déchets appropriée. Tous les patients et accompagnants recevront également une sensibilisation à l’hygiène. En 2013, ce projet devrait avoir bénéficié à la santé de 262’000 femmes enceintes, allaitantes et enfants de moins de 5 ans.

Lors de la cérémonie officielle de lancement de ce projet, le 13 janvier dernier, organisée par la Direction de la Santé de Conakry, les chefs des sept centres de santé, les Directrices communales de la santé et de l’hygiène publique de Ratoma et de Dixinn, et le Directeur National de l’hygiène publique – représentant le Ministère guinéen de la Santé, ont démontré leur enthousiasme à mettre ce projet en œuvre. Le Directeur National de l’hygiène publique a, au nom du Ministre de la Santé et de l’Hygiène, exprimé la satisfaction du gouvernement pour les efforts déployés par Terre des hommes pour le bien-être de la population en général et celui des enfants en particulier. Il a également appelé à un “réveil de conscience de la part des structures de soins” et s’est engagé à faire de la motivation des chefs de centres de santé un véritable critère de sélection. Selon lui, le premier critère d’appréciation d’une structure de soin est le niveau de propreté: “Si vous trouvez que l’environnement de centre de santé est sale, n’allez pas plus loin… la qualité des soins sera médiocre”. Il a alors terminé son intervention en engageant la responsabilité des directeurs de centres de santé à améliorer l’hygiène dans les structures de soins. “Nous pouvons changer si nous le voulons bien.” Il a enfin invité Tdh à accompagner davantage le Ministère de la Santé et de l’Hygiène dans sa politique de promotion de l’hygiène en élargissant la zone d’intervention de son projet.

“Plus d’informations sur l’intervention de Terre des hommes en Guinée”:/fr/countries/guinee

Tags associés
Retour aux Actualités