05.09.2017 - Actualité

Sécheresse au Kenya: plus de 420’000 enfants en situation de malnutrition

La crise de la faim se propage en Afrique de l’Est. Au Kenya, les enfants souffrant de malnutrition sont désormais plus de 420’000. Terre des hommes (Tdh) est active dans le comté de Garissa, près de la frontière somalienne, où plus de 26’000 enfants sont touchés. Nous prévoyons d’étendre nos activités.

Les pénuries alimentaires s’aggravent dans toute l’Afrique de l’Est. Après la famine aiguë déclarée au Soudan du Sud, un nombre croissant de cas de malnutrition ont été décelés au Kenya. Plus de 420’000 enfants sont déjà touchés dans tout le pays. 80’000 d’entre eux risquent la mort. «La situation est destinée à s’aggraver. Le réchauffement climatique et l’absence de précipitations renforcent la sécheresse d’année en année», prévient Marie Joron, responsable de notre délégation au Kenya.

Terre des hommes intervient dans le comté de Garissa, au nord-est du pays, près de la frontière somalienne. Cette zone, déjà marquée par le conflit dans le pays voisin avec des groupes armés comme Al-Shabaab, abrite le camp de Dadaab, l‘un des plus grands au monde. Nous avons commencé nos activités dans la région en 2011, dans le contexte de la crise alimentaire dans la Corne de l’Afrique.

«La sécheresse persistante a eu des effets dévastateurs sur la vie des enfants du comté de Garissa, presque tous manquent d’eau et de services de santé. Plus de 26’000 enfants sont sous-alimentés... La sécheresse a aussi des effets secondaires insidieux en ce qui concerne la protection de ces enfants. Pour assurer leur subsistance, les familles vulnérables poussent leurs enfants à travailler dans des conditions dangereuses ou obligent leurs filles à se marier», poursuit Marie Joron. Tdh brise ces mécanismes par un accompagnement intense des enfants et un soutien ciblé aux familles.

Nous œuvrons aux côtés du ministère kenyan de la Santé et soutenons le gouvernement dans ses efforts pour lutter contre la malnutrition et améliorer la qualité et l’accès à la nourriture. Nous formons le personnel de santé et nous assurons que les enfants de moins de 5 ans et leurs mères aient accès à des soins spécifiques. La situation alimentaire dans le comté fait l’objet d’un suivi attentif dans le but de pouvoir venir rapidement en aide aux victimes. Au vu de l’urgence de la situation, nos activités devraient être étendues dès que possible au comté voisin de Tana River et complétées par des projets en eau, hygiène et assainissement pour lutter contre la sécheresse et le choléra.

Crédit photo: © Mélanie Rouiller