19.03.2012 - Actualité

Maroc: Terre des hommes renforce les droits des femmes et enfants migrants

Source: MAP

Le projet “Tamkine-Migrants” pour le renforcement des droits des migrants au Maroc a été présenté lors d’un atelier national à Rabat sous le thème “Femmes et enfants migrants: Quels droits effectifs au Maroc”. Ce projet porte sur la réduction de la vulnérabilité des femmes et enfants migrants au Maroc par le biais d’actions directes auprès de ces populations et de plaidoyer auprès des autorités concernées.

Cofinancé par l’Union européenne (UE) et par Terre des hommes, le projet “Tamkine-Migrants” vise notamment à améliorer l’accès aux services de santé, d’éducation et de justice des femmes et enfants migrants subsahariens. La délégation de Terre des hommes au Maroc met son expertise sur les questions migratoires au service de ce projet, en faveur notamment de la protection des migrants les plus vulnérables: les femmes et les enfants. Tdh a initié une phase préalable à ce projet et soutient aujourd’hui, en tant qu’associée, les acteurs marocains dans la défense des droits des migrants, en particulier leur accès aux services de santé et d’éducation.

S’exprimant à l’occasion de l’atelier national, l’ambassadeur, chef de la délégation de l’Union Européenne (UE) à Rabat, Eneko Landaburu, a souligné que le soutien aux droits de l’homme est un axe majeur et prioritaire dans la coopération entre l’UE et le Maroc. “Dans la migration de l’Afrique subsaharienne vers le Maroc, il y a parmi les migrants de plus en plus de femmes et de plus en plus d’enfants, dont beaucoup sont non-accompagnés de leurs parents”, a-t-il relevé, saluant à cet égard l’action “Tamkine” qui offre un accueil humain aux femmes et enfants migrants au Maroc dans son centre. La nouvelle constitution du Maroc proclame en effet la non-discrimination et l’égalité des chances pour tous, et consacre la primauté des conventions internationales sur le droit interne. Avec en plus la mise en place d’un nouveau gouvernement depuis janvier 2012, le nouveau contexte institutionnel et politique est une opportunité pour améliorer l’accès aux droits des femmes et des enfants migrants au Maroc.

Pour sa part, la présidente de l’association partenaire Oum El Banine, Jamila Ait Blal, a mis en avant les différentes actions entreprises par cette ONG, notamment la mise à disposition de son expérience en matière d’accueil et de prise en charge des femmes célibataires et d’accompagnement administratif pour l’identification et la déclaration des nouveau-nés. A Rabat, a-t-elle poursuivi, l’association travaille principalement sur l’accès aux soins pour les femmes enceintes ou avec des enfants en bas âge.

Les intervenants ont également mis l’accent sur la nécessité de mettre en place des mécanismes de protection des droits des migrants dans les pays de transit et favoriser la création d’une plateforme de collaboration entre les différentes associations œuvrant dans ce domaine.

Ils ont aussi évoqué la place des droits des migrants dans les politiques migratoires nationale et européenne et la nécessité de faire évoluer les mentalités pour assurer la protection de ces populations.

Avec un budget d’un million d’euros, “Tamkine-Migrants”, qui a démarré en mai 2011 pour une durée de trois années, est un projet qui œuvrera au niveau de Rabat, Tanger et Oujda. Le projet, qui se base sur une synergie des compétences complémentaires, s’articule autour de cinq axes, à savoir Santé (accès aux soins, service d’écoute…), Justice (accompagnement juridique et administratif), Education (accès à l’école et à la formation), Société civile (sensibilisation, etc) et Plaidoyer (force de proposition). Il est mis en œuvre par l’ONG Tierra de Hombres (Terre des Hommes) en partenariat avec l’association Oum El Banine (OEB) et le groupe antiraciste d’accompagnement et de défense des étrangers et migrants (GADEM).

“Plus d’infos sur l’intervention de Terre des hommes au Maroc”:/fr/countries/maroc