08.02.2019 - Actualité

Mission : sauver les cœurs d’enfants

Au Sénégal, un millier d'enfants naissent chaque année avec une malformation cardiaque. La complexité des opérations sur place reste un défi. Terre des hommes (Tdh) organise des missions en collaboration avec le Centre Hospitalier Universitaire Vaudois (CHUV) pour sauver la vie de ces enfants. L'objectif à long terme est de permettre leur prise en charge par la formation pratique du personnel local.

Aujourd’hui est un jour spécial pour Khadidiatou. Elle fête ses six ans, mais pas seulement. Demain, elle se rendra à l’hôpital pour se faire opérer. «J’ai peur, mais en même temps je me réjouis», confie la petite fille. La jeune sénégalaise est née avec une malformation cardiaque, comme un enfant sur cent dans le monde. «Une maladie cardiaque, c’est comme avoir le souffle court après avoir couru, alors que l’on ne fait rien», explique Abdoulaye Mbaye, responsable du bureau de Tdh au Sénégal. Sans opération, il est peu probable que la fillette atteigne l’âge adulte.

Un engagement humanitaire d’experts

Deux fois par an, Tdh organise une mission en collaboration avec le CHUV. Une équipe médicale se rend au Sénégal pour réaliser une dizaine d’opérations cardiaques complexes et donner 150 consultations gratuites à des enfants malades du cœur. Pour ce faire, ces spécialistes de divers domaines travaillent main dans la main avec les équipes locales du centre cardiaque pédiatrique Cuomo à Dakar. Les missions du CHUV contribuent depuis une dizaine d’années à la formation pratique d’experts sénégalais, qui peuvent déjà traiter des cas moins complexes de manière autonome. Elles permettent également aux enfants des familles en difficulté financière et aux enfants avec une maladie complexe du cœur d’accéder aux soins.

Le plus grand rêve de Khadidiatou est de devenir médecin, mais aujourd’hui, elle a un autre souhait : pouvoir aller à l’école après l'opération.

Une collaboration qui sauve des vies

L’enfant arrive avec sa mère à l’hôpital de Fann la veille de l’intervention pour l’examen pré-opératoire. Dans la salle de consultation, Nicole Sekarski, la cardiologue du CHUV, pose l’échographie. Les cardiologues locaux l’assistent pour apprendre à poser des diagnostics corrects. Elle échange avec l’équipe chirurgicale et le personnel soignant sur la meilleure manière de prendre en charge la petite fille.

Lire aussi: «Partager ses connaissances fait partie du métier de médecin»

Mission du CHUV salle opératoire, opération du coeur d'enfant

Le lendemain, l’anesthésiste arrive le premier au bloc et s’assure que l’enfant est bien endormi avant le début de l’opération. Le chirurgien local commence son travail. Un médicament arrête les battements du coeur pour permettre à l’équipe chirurgicale d’opérer. Une machine extracorporelle appelée appareil cœur-poumon assure la fonction de circulation sanguine et d’apport d’oxygène pendant les deux heures de l’opération. Le chirurgien local opère jusqu’à ce que l’intervention devienne trop complexe, puis Tornike Sologashvili, le chirurgien des Hôpitaux Universitaires de Genève en mission avec le CHUV prend soigneusement le relais ; quatre mains diligentes s’affairent à sauver la vie de l’enfant endormi. L’opération est retransmise dans la salle voisine, où chaque étape est observée et expliquée en direct aux chirurgiens en formation.

Améliorer la qualité des soins post-opératoires

«La chirurgie cardiaque est très complexe. Chaque membre de l’équipe doit faire preuve d’une grande compétence pour maintenir un enfant en vie pendant et après l’opération», explique Vivianne Amiet, médecin aux soins intensifs du CHUV. Tdh offre des formations continues aux infirmières spécialistes en soins intensifs locales au sein du service de cardiologie pédiatrique pour assurer aussi une prise en charge de qualité post-opératoire.

L’opération se déroule sans incident. L’appareil cœur-poumon artificiel s’arrête lentement et le sang peut à nouveau affluer vers l’organe et le cœur de Khadidiatou recommence à battre. Khadidiatou se réveille aux soins intensifs après une opération réussie. Sa mère est déjà à ses côtés quand la petite fille ouvre les yeux. Heureuse et soulagée, elle lui donne un baiser sur le front.

Crédit photos: ©Tdh/Ollivier Girard