05.10.2017 - Actualité

Moldavie: l’école, clé de l’intégration pour les enfants roms

En Moldavie, Terre des hommes (Tdh) veut faire de l’école un espace accueillant pour tous les enfants, quelle que soit leur appartenance ethnique. A travers la création de ludothèques, l’organisation d’activités fédératrices et la formation d’une centaine de professionnels de l’éducation, nous avons amélioré l’intégration scolaire pour plus de mille enfants roms.

Mihai, père de famille rom, se méfiait de l’école. L’ayant lui-même quittée très tôt lorsqu’il était enfant, il ne voyait pas les bénéfices d’y envoyer sa fille, Marcela. Il craignait par-dessus tout qu’elle soit victime de discrimination par ses camarades et ses professeurs en raison de son identité rom.

Une exclusion sociale profondément ancrée

Les craintes de Mihai sont tout à fait fondées: une étude publiée par l’Unicef, rapporte que 16% des élèves roms sont victimes de violence et d’abus au sein même des établissements scolaires, par rapport à 7% pour les autres enfants. Les parents roms perçoivent donc l’école comme un environnement hostile pour leurs enfants. Malgré les nombreux efforts du gouvernement et des organisations nationales pour réduire la discrimination à leur égard, les Roms sont encore confrontés à une exclusion sociale très forte. 

L’école, premier lieu d’intégration

L’éducation est non seulement un droit pour les enfants, mais aussi la clé pour leur assurer à tous un futur. Notre équipe en Moldavie a donc misé sur la création d’espaces scolaires ludiques et conviviaux dans le but de rassembler enfants et parents, roms et non roms, et de rendre l’école plus attractive. En l’espace de deux ans, nous avons mis en place des ludothèques dans une trentaine d’écoles dans des zones densément peuplées par les Roms et les avons équipées de matériel pédagogique et récréatif. Grâce aux échanges avec les autres parents et les professeurs, Mihai a réalisé que l’école pouvait être un environnement accueillant et épanouissant pour sa fille. «Je regrette de ne pas avoir eu la chance d’étudier lorsque j’étais enfant. Je veux que ma fille aille à l’école et qu’elle en tire le plus grand profit.»

Accompagnement professionnel

Nous avons formé des enseignants et travailleurs sociaux afin qu’ils puissent mieux accompagner les enfants et les parents, en particulier ceux issus de la communauté rom. «Nous travaillons ensemble pour rendre l’école plus attractive et créer une atmosphère positive pour les enfants roms afin que le temps qu’ils y passent soit utile et agréable», explique une enseignante de l’école de Falesti.

En Moldavie, un des pays les plus pauvres de l’Europe, une centaine de personnes quittent le pays chaque jour pour aller chercher du travail  à l’étranger. L’école reste souvent le seul lieu de référence et les professeurs, des modèles pour les enfants livrés à eux-mêmes. Notre travail est donc indispensable et nous poursuivons nos efforts pour soutenir le système scolaire, tant pour les enfants roms que pour tous les enfants de la Moldavie.

Lisez le dossier complet dans notre magazine

Crédit photo: ©Tdh