23.11.2017 - Actualité

Donner la fessée: un acte banal ou réprimandable?

Terre des hommes (Tdh) signe la pétition «Non à la violence à l’encontre des enfants – Pour une interdiction légale des châtiments corporels et de la violence psychologique à l’encontre des enfants également en Suisse».

Lancée en Suisse par un comité d'initiative constitué de personnalités de la société civile suisse, son but est de sensibiliser le public sur la question de la violence physique et psychologique envers les enfants, notamment au regard des droits de l'enfant. Tdh s'associe à cette pétition en la signant et en la relayant sur ses propres canaux de communication et auprès de ses partenaires.

La pétition exige:

- que la Suisse respecte et applique l'art. 19 de la Convention relative aux droits de l'enfant (protection contre toute forme de violence),

- qu'une interdiction des châtiments corporels et de la violence psychologique à l’encontre des enfants soit inscrite dans la législation suisse,

- une interdiction explicite dans le Code civil des punitions corporelles et de la violence psychologique à l’encontre des enfants,

- que des mesures d’accompagnement, à savoir la diffusion d’informations sur les droits de l’enfant ainsi que des mesures de soutien, conseil et sensibilisation des parents, soient mises en place en Suisse,

- le droit à une éducation sans violence en Suisse.

Valentina Darbellay, responsable du Programme Plaidoyer chez Tdh, développe: «L'interdiction légale des châtiments corporels rendra les parents, professeurs et éducateurs responsables de leur comportement: les adultes devront répondre de leurs actes si ceux-ci ont porté atteinte à l'intégrité physique et morale des enfants. Le législateur mettra ainsi fin à la violence gratuite à l'encontre des enfants. La pétition vise à inscrire dans la loi cette interdiction des châtiments corporels de manière à ce que des gestes et actes préjudiciables à la dignité de l'enfant soient bannis en tant que pratiques éducatives, aussi bien à la maison qu'à l'école. Le respect des droits de l'enfant et de sa dignité est au cœur de nos préoccupations.»

En relayant cette pétition, Tdh souhaite sensibiliser l'opinion publique à la problématique et donner de la visibilité au débat sur les châtiments corporels. En effet, tout enfant a droit à l'éducation, sans violence, et dans le respect de sa personne, de son intégrité physique et morale, de sa dignité.

Pour signer la pétition: www.keine-gewalt-gegen-kinder.ch/fr

Crédit photo: ©Tdh/Odile Meylan