03.09.2019 - Actualité

C’est aussi la rentrée pour Roman Bürki!

Rentrée scolaire rime avec reprise de la saison de foot pour notre ambassadeur et gardien du Borussia Dortmund Roman Bürki. Pendant sa période de congé, il s’est rendu en Roumanie pour visiter nos projets qui soutiennent les familles vulnérables. Retour en images.

Piatra Olt, à 200 km à l’ouest de la capitale Bucarest, est un petit village dans l’une des régions les plus pauvres de Roumanie. Pour soutenir les familles vulnérables, notamment issues de la communauté rom, Terre des hommes (Tdh) utilise le sport comme outil d’intégration.

Le footballeur et ambassadeur de Tdh Roman Bürki a pu participer aux activités sportives organisées par nos équipes. Dans le cadre de ce projet, Tdh a formé les enseignants à une éducation multiculturelle et a créé des activités pour les enfants basées sur le sport et le jeu. Ce programme a amélioré la fréquentation scolaire des enfants roms et a favorisé leur intégration. Les activités sportives ont permis aux enfants d’améliorer leur bien-être et de développer des compétences utiles comme l’esprit d’équipe et la coopération entre eux.

Les jeunes ont eu l’occasion de se mesurer à leur idole et d’échanger des balles avec lui. Pendant la partie de foot, Roman a encouragé ses coéquipiers et fêté les buts marqués. Après le match, il leur a dit: «Amusez-vous! Si vous avez du plaisir à jouer, cela vous motivera à vous améliorer. Croyez en vous, c'est la chose la plus importante!» 

 «Cela me rend heureux de vivre de beaux moments avec eux et de pouvoir leur apporter un peu de joie », confie Roman.

Terre des hommes utilise aussi le football comme un moyen d’améliorer l’intégration des enfants réfugiés et de promouvoir l’inclusion sociale. Après Piatra Olt, Roman Bürki s’est rendu dans une école à Bucarest, la capitale du pays. Ici, les classes accueillent des enfants locaux et réfugiés, originaires notamment de Syrie, d’Irak, et d’Iran. Pervi, une jeune Syrienne de 12 ans, est arrivée en Roumanie avec sa mère et sa sœur il y a cinq ans. «Je me suis fait de très bons amis en Roumanie. Nous jouons ensemble au football et au basket-ball», elle raconte en roumain courant.

Les jeunes ont profité d’une occasion unique de rencontrer et de jouer avec le gardien du Borussia Dortmund. Haidara, 12 ans, ajoute: «J’ai eu beaucoup de plaisir, parce que j'ai joué avec un de mes joueurs de football préférés.»

Alors que Roman Bürki retrouve ses coéquipiers de Dortmund sur la pelouse, les enfants de Roumanie ne sont pas près d’oublier la visite du célèbre footballeur.

La visite de notre ambassadeur a également coïncidé avec le début d'un nouveau projet pour promouvoir la protection des enfants dans le sport et prévenir les abus.  «Dans le cadre d’une activité sportive, les enfants peuvent être victimes de différentes formes de maltraitance: la violence physique, sexuelle ou psychologique, ainsi que la négligence. Il faut prendre en compte tous les enfants dans tous les sports à tous les niveaux, de tous les milieux sociaux et culturels, y compris ceux qui ont des besoins spéciaux. Tout le monde a le même droit d'être protégé», déclare Kirsten Theuns, déléguée de Tdh pour l'Europe de l'Est. Et à Bürki de conclure: «Nous devons prendre soin des enfants et leur donner un espace où ils peuvent parler de leurs problèmes. C'est notre devoir, car en tant que modèles, notre voix est peut-être plus écoutée que la leur.»

En 2018, plus de 12'000 enfants et leurs proches ont pu bénéficier des projets de Tdh en Roumanie. Apprenez-en plus sur notre intervention.

 

Crédit photos: ©Tdh/Petrut Calinescu