13.09.2016 - Actualité

Résolution de conflit dans des écoles brésiliennes

En parallèle des programmes de justice juvénile restauratrice, qui s’intéressent aux enfants en conflit avec la loi, Terre des hommes aspire aussi à développer la prévention des actes de violence au Brésil. Par des programmes de résolution de conflit dans des écoles et des communautés, les enfants apprennent à résoudre leurs conflits plutôt qu’à être punis pour leurs comportements fautifs.

Au Brésil, les enfants endurent quotidiennement de la violence, que ce soit au sein de la famille, de l’école ou de leur communauté. Par l’intervention de médiateurs et par l’apprentissage de techniques de résolution de conflit, ils apprennent à régler les différends et à les éviter dans le futur.

Célia de Deus, directrice d’école secondaire dans le quartier de Mucuripe à Fortaleza, énumère les problèmes auxquels sont confrontés les élèves de quartiers violents : „Les drogues sont facilement disponibles pour les élèves, et de nombreuses filles tombent enceintes à 13 ou 14 ans seulement. De plus, beaucoup d’élèves ne s’intéressent pas vraiment à l’école, car ils ne voient pas comment elle peut améliorer leur vie.“ Le potentiel de conflit est donc élevé à Mucuripe.

Les techniques de médiation que Tdh enseigne depuis deux ans aux élèves et aux enseignants ont facilité la vie commune, et les élèves savent désormais comment régler des désaccords. Célia a elle-même constaté qu’„il ne s’agit pas simplement de désigner ‚les coupables‘, mais d’assumer la responsabilité de l’action qui a mené au conflit.“ En ce moment, l’école aménage justement une pièce de médiation séparée, comme espace de rencontre en cas de conflit.

Le directeur d’école Marcos Justino Matias a également vécu une expérience similaire dans le cadre d’un conflit avec un élève retardataire. Ce dernier l’a menacé et a brisé une vitre. Le directeur d’école a cependant décidé de ne pas appeler la police et de laisser plutôt Terre des hommes intervenir en tant que médiateur. Les deux parties ont été entendues et le conflit a pu être résolu, si bien que l’élève n’a pas dû quitter l’école.

„Auparavant, lorsqu’un élève enfreignait le règlement de l’école, il était parfois renvoyé de manière permanente de l’école, selon la gravité de l’infraction. Aujourd’hui, nous voyons qu’il existe d’autres moyens que la punition. Nous avons compris que dans la majorité des cas elle n’est pas la meilleure solution, puisqu’elle ne résout pas vraiment le problème. Elle peut certes soulager l’école, puisque l’élève est écarté, mais il n’en apprend absolument rien et ne réfléchit pas non plus à la faute qu’il a commise.“

Au Brésil, Terre des hommes forme les élèves et les enseignants au sein d’écoles particulièrement conflictuelles dans les états de Ceará, Maranhão et Rio Grande do Norte. Par la médiation en cas de conflits, les désaccords sont réglés de façon pacifique et les actes violents futurs peuvent ainsi être évités.

Crédit photo: Escola Murilo Borges © Tdh / Drawlio Joca
Retour aux Actualités