Famine au Soudan du Sud
Familles et enfants n'ont plus accès à la nourriture et aux biens de première nécessité en quantité suffisante. Lire plus
urgence

Avec votre don, vous soutenez les enfants qui en ont le plus besoin et nous aidez à changer leur avenir.

Grâce à votre don, nos spécialistes peuvent venir en aide aux enfants qui en ont le plus besoin.

En tant que sympathisant, vous nous soutenez dans la lutte pour le respect des droits de l'enfant.

Devenez forgeur de destinées et aidez-nous à changer l’avenir des enfants les plus vulnérables.

Mettez vos compétences et un peu de votre temps libre au service des enfants.

Chantez, jouez ou dansez en faveur des enfants exploités.

Soutenez les actions de rue du 20 novembre pour la Journée Internationale des droits de l’enfant.

Marche, ski de fond, course d’orientation ; nos bénévoles organisent des activités sportives pendant toute l’année.

Participez à la chaîne de solidarité en achetant un ou plusieurs cartons d'oranges.

Devenez partenaire de Tdh et aidez-nous à soutenir plus de 2 millions d’enfants et leurs familles chaque année.

Dans quel domaine pouvons-nous vous aider ?

Je m’engage Je m'engage Je m'engage Je m’engage Je m'engage Je m'engage Je m'engage Prendre contact Je m'engage Ordre
17.02.2017 - Actualité

Soudan du Sud: 100'000 personnes prises au piège à Yei

Une tragédie humanitaire se déroule en ce moment dans la ville assiégée de Yei, au Soudan du Sud, où 100'000 personnes sont prises au piège. En réponse à la crise, l’Entraide Protestante Suisse (EPER) et la fondation d’aide à l’enfance Terre des hommes lancent un projet d’aide humanitaire de CHF 1,5 million, avec le soutien de la Chaîne du Bonheur.

«Il y a eu des tirs, notre maison a été saccagée et incendiée par des hommes armés. J’ai dû fuir avec mes cinq enfants en abandonnant tout derrière moi.» Le cas de Linda n’est pas isolé. Selon l’UNHCR, près de 50'000 personnes ont été déplacées de force à Yei, au Soudan du Sud. La ville est assiégée depuis septembre 2016. Les troupes gouvernementales tiennent Yei et en contrôlent les axes principaux, alors que les rebelles encerclent la ville. La voie aérienne constitue aujourd’hui le moyen d’accès le plus sûr.

Le blocus empêche les paysans d’accéder à leurs champs. Le prix des biens de première nécessité a flambé et la population manque de tout. La majorité des pompes à eau sont hors service et plus de la moitié des habitants n’a plus accès à l’eau potable. Les cas de diarrhée augmentent, fléau redoutable pour les enfants.

100'000 personnes sont aujourd’hui prises au piège. Pour faire face à cette crise, l’EPER et la fondation d’aide à l’enfance Terre des hommes lancent un projet d’aide humanitaire conjoint à hauteur de CHF 1,5 million avec le soutien de la Chaîne du Bonheur. Le projet doit répondre aux besoins d’un quart de la population de Yei, soit 25'000 personnes.

Apporter le soutien nécessaire

«Notre action se déploie sur plusieurs axes, en coordination avec les autorités locales. La réparation de 93 points d’eau et la distribution de kits d’hygiène en font partie. Pour briser l’isolement des enfants déplacés, nous nous efforçons de réunifier les familles et de leur proposer un accompagnement psychosocial» explique Steve Ringel, responsable des situations d’urgence à Terre des hommes. «Nous distribuons des semences et des outils à 2’000 familles de petits paysans. Ils pourront ainsi cultiver des légumes à l’intérieur de la ville et lutter contre la faim. Il est aussi prévu que 2000 personnes très vulnérables participent au programme «cash for work» en travaillant à l’entretien des voies d’accès.»

Pour Valentin Prélaz, responsable de programme à l’EPER, cette alliance entre les deux ONG suisses permet de renforcer considérablement l’impact auprès des populations. «Nos expertises conjointes apporteront un soutien indispensable aux habitants de Yei. L’EPER grâce à sa connaissance de la région, à son réseau de partenaires et à son expérience dans la promotion de la paix. Terre des hommes par son savoir-faire auprès des enfants et dans l’aide d’urgence en zone de conflit.»

Crédit photo: © Tdh/Ollivier Girard