Beatrice Sermet,
Membre du Comité du groupe bénévole de Bienne et du Jura bernois

Je donne une modeste partie de mon temps pour participer à une énorme tâche collective, celle de venir en aide aux enfants du monde qui en ont besoin, à leur famille, à leur entourage

“Pas plus d’une à deux heures par semaine en moyenne, c’est selon. Une centaine d’heures par an? C’est peu et beaucoup à la fois. Peu pour moi, une nécessité pour Tdh. A cumuler ainsi les centaines d’heures offertes par des bénévoles, Tdh assure sa présence au sein de notre population et diffuse ainsi par le «faire» la nécessité de notre solidarité citoyenne à l’égard de ceux qui n’ont pas le pouvoir d’agir sur leur destin.”