COVID-19
La pandémie menace les familles vulnérables.

Joyce Wamaitha Kiarie,
Psychologue de Tdh à Korogocho

« Les enfants restent trop souvent murés dans leur silence. »

«Certains enfants ont été abusés longtemps avant leur sauvetage. C’est pourquoi nous formons les professeurs, les chefs religieux, toutes les personnes qui les côtoient à identifier les signes d’abus et à en référer à Tdh et aux autorités, comme cela a été le cas avec Cary*, 9 ans, qui a été abusée par son grand-père. Elle pleurait beaucoup durant les premières thérapies, mais elle a fini par s’ouvrir. Elle participe maintenant à des séances de groupe et a avancé dans son processus de guérison.

Les enfants restent trop souvent murés dans leur silence. Je suis leur amie, leur alliée pour les aider à en sortir. A sortir aussi de leur sentiment de culpabilité, car ils pensent que ce qui leur arrive est de leur faute. Cary a pu s’exprimer à travers le dessin, par exemple, un arbre de vie, qui retrace le parcours de l’enfant, des racines à la cime. Cela aide à faire émerger les souvenirs enfouis. Nous utilisons aussi cette technique avec les parents. Souvent, ils n’ont pas conscience de reproduire des maltraitances vécues dans leur enfance qu’ils n’ont jamais pu exprimer. Une revanche en quelque sorte. Nous aidons les familles à sortir de ce cercle vicieux.»

Découvrez l'histoire de Cary

*Le nom de l’enfant a été changé pour sa protection.