Maria, 13 ans,
habitante de la banlieue de Fortaleza

Maria habite dans la banlieue de Fortaleza. Après une rupture, son ancien petit ami a commencé à la menacer. Elle a pris peur. Notre aide a permis au garçon de changer d’attitude et à Maria de se sentir en sécurité.

Réinstaurer la paix à travers la réconciliation

Maria est élève dans une école publique de la banlieue de Fortaleza. Elle habite le quartier très pauvre et violent de Bom Jardim. Après avoir mis fin à une relation amoureuse, Maria recevait des appels menaçants de la part de son ancien petit ami, John. Elle a commencé à avoir peur à l’école, ce qui créait un climat d’insécurité affectant les autres élèves et les professeurs. Le conflit a d’abord été traité par un Cercle de Paix. Mais quelques jours avant qu’un entretien réunissant les personnes impliquées ait lieu, une autre institution s’est interposée, se montrant répressive et menaçant John de détention. En réaction, l’adolescent n’a plus voulu coopérer et Maria s’est à nouveau sentie dans l’insécurité. Elle avait si peur qu’elle ne s’est pas rendue à l’entretien. Un cercle de soutien entre mère et fils a alors aidé John à mieux comprendre les sentiments de Maria et lui a permis de reconnaître son erreur, d’en assumer la responsabilité et de changer d’attitude. Il a accepté d’écrire une lettre à Maria pour lui demander pardon. Le personnel scolaire a félicité John pour son changement d’attitude.

Ce cas montre que les principes de justice réparatrice peuvent être appliqués de manière préventive, avant même qu’un acte de violence ou un délit ne soient commis. Grâce à cette expérience, l’école a rétabli la paix au sein de son établissement, Maria a retrouvé la sécurité, la mère de John a renforcé les liens avec son fils, et John est devenu plus responsable, a compris ses erreurs et a une nouvelle approche de la vie.

Nom d'emprunt