Mylène Ntamatungiroa,
chargée de sensibilisation au Burundi

«Klerya a neuf ans. Quand je l’ai rencontrée, elle était muette. C’était une enfant craintive, triste et solitaire. Maintenant, elle est enjouée, prend beaucoup d’initiatives et commence même à parler!»

Ces jeux qui transforment nos vies

« J’ai rencontré Klerya il y a quelques mois, pendant des activités récréatives permettant à des enfants très vulnérables de pouvoir s’épanouir. Elle avait neuf ans et redoublait sa première année d’école primaire. À ce moment-là, Klerya était muette, craintive, triste et solitaire. À chacun de ses gestes, les autres enfants se moquaient d’elle. Mais quand je suis retournée au centre la semaine dernière, j’en ai profité pour prendre quelques nouvelles. Et sa maîtresse m’a dit : “Tu parles de la petite Klerya? Si tu pouvais la voir maintenant, tu ne la reconnaîtrais sûrement pas. Elle est enjouée, et prend beaucoup d’initiatives. Elle participe beaucoup en classe et avec les progrès qu’elle fait, elle va certainement sauter une classe cette fois-ci. Et elle a enfin pu se faire une place au milieu des autres enfants, qui sont maintenant ses amis. Ils sont tous aux petits soins pour elle. Le meilleur dans tout ça, c’est qu’elle commence à parler, difficilement bien sûr, et c’est vraiment quand elle le veut, mais c’est un début. Je suis sûre qu’un jour elle parviendra à parler correctement. ”

Qui aurait pu se douter que des jeux récréatifs avaient un tel pouvoir dans l’univers des enfants ? »