Shkurte Gashi, 17 ans,
réintégrée au Kosovo

Un exemple de réinsertion au Kosovo grâce à son entreprise de couture

Shkurte vit avec ses parents et ses frères et sœurs, dans la commune de Mitrovica au Kosovo. Après quatorze années passées entre l’Allemagne et la France, elle a été expulsée des deux pays avec l’ensemble de sa famille. A leur retour, ils manquaient de tout et ont dû faire face à l’exclusion. Sa rencontre avec Terre des hommes (Tdh) a permis d’améliorer sa vie ainsi que celle de sa famille.

La pauvreté, le chômage, l’exclusion sociale ainsi que le manque de ressources au Kosovo sont parmi les premières causes d’émigration, souvent vers des pays d’Europe de l’Ouest. Ces dernières années, les expulsions forcées ont augmenté après que beaucoup de personnes se sont vu refuser l’asile dans ces pays. De retour dans leur pays d’origine, les personnes rapatriées font face à des défis majeurs en tentant de se réinsérer dans les systèmes éducatifs et sociaux . Elles se retrouvent souvent dans des conditions économiques et sociales plus précaires qu’avant leur départ. Pour Shkurte, dont la famille a vécu quatorze années entre la France et l’Allemagne, la situation était particulièrement compliquée.

En Allemagne et en France, Shkurte se sentait comme à la maison. C’est là qu’elle a grandi, qu’elle est allée à l’école et où elle a appris l’allemand et le français. Malgré ces nombreuses années passées dans ces deux pays, elle a dû retourner au Kosovo, un pays qu’elle connaissait à peine, sans que sa famille n’ait pu s’y préparer. Elle n’avait pas de logement, pas de travail, pas de quoi se nourrir. L’adolescente a souffert de solitude, après avoir dû quitter ses amis.

Grâce à une collaboration étroite avec les organisations locales, Shkurte a été repérée et orientée vers Tdh. Notre personnel lui a rendu visite, ainsi qu’à sa famille. Pour soutenir et offrir des solutions aux familles vulnérables et aux jeunes, Tdh leur facilite l’accès à l’emploi ou à une activité indépendante en organisant des formations professionnelles ou en les aidant à monter leur propre entreprise. Shkurte a bénéficié de cette aide à la réintégration et a montré un fort intérêt pour la couture pendant les discussions avec notre équipe.

Un cours de couture qui débouche sur une entreprise indépendante

Tdh l’a aidée à intégrer le centre de formation Diakonia Vocational Training Center à Mitrovica afin d’y suivre une formation de couture de cinq mois. Nos spécialistes en charge du projet lui ont rendu visite régulièrement. «Je suis très heureuse et reconnaissante que Tdh m’ait donné cette opportunité de suivre cette formation. Au-delà des compétences en couture que j’ai acquises, j’ai également pu rencontrer de nouveaux amis ici», raconte Shkurte.

Sa famille a été d’un grand soutien pendant cette période. Après avoir terminé avec succès sa formation en couture et acquis les compétences professionnelles, sociales et en communication nécessaires, Tdh a pu offrir à Shkurte une machine à coudre, lui permettant ainsi de démarrer une activité qui lui rapporterait un revenu. Son entreprise de couture a permis d’améliorer la condition socio-économique de toute sa famille. Les experts en microfinance de Tdh continuent de lui rendre visite et lui apportent des conseils et du soutien pour accompagner le développement de son entreprise. Pour Tdh, la réintégration est un processus continu qui requiert des mesures et un suivi sur le long terme, avec comme objectif l’augmentation du bien-être et l’autonomie financière des familles réinsérées.

Crédit photo : ©Tdh