COVID-19
La pandémie menace les familles vulnérables.

Yasmina, 4 ans,
jeune réfugiée rohingya

Yasmina souffre de malnutrition. Elle est prise en charge dans un centre de nutrition de Tdh. Grâce à cela, elle a pu s’alimenter à nouveau.

Yasmina, 4 ans et demi, est la petite dernière d’une fratrie de 5 enfants. Avec sa famille, elle fait partie des 900'000 réfugiés rohingyas qui s’entassent dans des camps au Bangladesh aux conditions de vie très difficiles. Yasmina souffre de malnutrition, elle est prise en charge par l’équipe médicale de Tdh dans l'un de nos centres de nutrition.

Yasmina fait partie des plus de 15 % des enfants dans les camps qui souffrent encore de malnutrition aiguë sévère. Tdh forme donc des bénévoles communautaires afin que ces derniers puissent reconnaître les symptômes et identifier les cas de malnutrition chez les enfants et les mères. Dans le but de pouvoir ensuite les référer à des centres de traitement de Tdh, où ils sont suivis et reçoivent les soins de santé appropriés.

Une prise en charge adaptée

C’est le chef de sa communauté qui a parlé à la maman de Yasmina du centre de traitement de la malnutrition. Cette dernière a donc amené sa petite fille, qui ne se nourissait plus depuis quelques jours, à une consultation. L’équipe médicale de Tdh a pu la prendre en charge rapidement. Après avoir été auscultée, pesée et mesurée, Yasmina s’est vue administrer un traitement en aliments hyperprotéinés.

Sous le regard soulagé de sa maman, Yasmina s’exclame „c’est bon”, absorbant le traitement à base de lait et de pâte de cacahuètes qui permettra de combler rapidement ses carences alimentaires. Une volontaire rohingyas formée par Tdh explique soigneusement à la maman de Yasmina comment administrer le médicament à sa petite fille ainsi que la durée du traitement.

Une santé retrouvée

Yasmina et sa mère repartent avec 32 sachets nécessaires au traitement d’une durée de 10 semaines. Les aliments thérapeutiques apporteront à Yasmina tous les nutriments nécessaires pour retrouver une bonne santé physique. Une nouvelle consultation est prévue à la fin du traitement.

 

Lire plus sur notre projet pour les réfugiés rohingyas