Former les sages-femmes à Kaboul

À Kaboul et dans les environs, nos sages-femmes qui vont de porte à porte assurent un bon déroulement de la grossesse des futures mères et de la naissance des enfants, et améliorent leur santé en général.

Des sages-femmes itinérantes à Kaboul

 

Kaboul, Afghanistan

 

Dans le contexte conflictuel que connaît l’Afghanistan et avec l’isolement géographique de certaines régions, les femmes afghanes ont un accès difficile aux services de santé. Au début des années 2000, les grossesses et les accouchements figuraient parmi les principaux facteurs de mortalité des mères. Le déplacement de grandes parties de la population n’a fait qu’exacerber le problème. Pour réduire le nombre de décès, l’une des approches les plus efficaces est d’établir une continuité professionnelle dans la prise en charge des femmes et des nouveaux-nés, du début de la grossesse aux premiers mois de vie du nourrisson. C’est ce que le projet sanitaire de Terre des hommes propose depuis 1996.

 

A Kaboul, nous intervenons actuellement dans plus de 20 camps de personnes déplacées. Tout manque dans ces habitations souvent situées loin des services de santé et très rarement raccordées à l’eau courante. Les enfants en bas âge souffrent en général de malnutrition et d’anémie. Les mères sont quant à elles exposées au mariage précoce et aux grossesses à répétition.

 

Un soutien en santé à domicile

Formées par le personnel de Tdh, les sages-femmes se rendent au domicile des mères et des enfants les plus vulnérables. Pendant les visites, elles identifient les femmes enceintes, les suivent tout au long de leur grossesse et les accompagnent pendant et après l’accouchement. Les soignantes profitent également de ces visites pour discuter de l’accouchement avec le mari et la famille et pour les convaincre de se rendre dans un centre médical pour l’accouchement. Elles  invitent les parents à se faire vacciner et à vacciner leurs enfants et offrent des kits qui permettent d’accoucher dans un environnement plus hygiénique. « Avant on ne se faisait pas vacciner, on n’allait pas à l’hôpital pour accoucher. Une fois, une mère est morte en couches. Maintenant, cela n’arrive plus », raconte Tashbibi, jeune femme de 22 ans et mère de deux enfants qui a été soutenue par Tdh.

 

Être présent dans les moments clés

Les premières heures, les premiers jours et les premières semaines après la naissance sont les plus critiques pour la mère et pour l’enfant. Les rapports indiquent que la plupart des décès surviennent pendant l’accouchement et immédiatement après, principalement à cause de complications de la grossesse. Des sages-femmes formées peuvent identifier les risques de façon précoce et, si nécessaire, diriger les femmes vers des centres médicaux.

 

Les sages-femmes tissent des liens étroits avec les familles et leur apportent des conseils en matière de planification familiale et de santé de l’enfant. Elles organisent des séances de groupe avec les mères et les jeunes femmes au sein des communautés. L’amélioration de la santé s’associe ici à un travail social.

«Le concept de porte à porte est très pertinent en Afghanistan. Les sages-femmes connaissent le contexte de la santé des mères et des nourrissons et les normes éthiques, dont l'application est essentielle pour fournir des soins de santé adaptés.»

Docteur Noor Khanum, Responsable du projet santé à Kaboul

Lire la suite...