COVID-19
La pandémie menace les familles vulnérables.

Gravit’eau : se laver les mains avec une eau recyclée

Des stations mobiles de lavage de main qui intègrent un système d’auto-régénération de l’eau – c’est l'idée que Tdh, l'Association Gravit'eau et leurs partenaires sont en train de développer pour faire face aux pénuries d’eau dans des contextes de crise.

Déployée comme projet pilote dans un camp de personnes déplacées au Nigéria, cette innovation a permis à plus de 400 enfants de se laver les mains chaque jour, réduisant ainsi la propagation de maladies et d’épidémies.

 

Vous avez dit Gravit’eau ?

 

Gravit’eau, ce sont des stations mobiles de lavage des mains qui utilisent une quantité d’eau très limitée grâce à un système d’auto-régénération. L’eau sale est récupérée dans un réservoir puis filtrée automatiquement par une membrane. Le système fonctionne grâce à la gravité terrestre ; la technologie permet de recycler l'eau sans électricité, sans entretien complexe et sans apport continu de produits chimiques. La membrane de filtration est si fine qu’elle ne laisse passer ni les bactéries ni les virus. Les utilisateurs peuvent faire couler l’eau pour se laver les mains grâce une pompe à pied.

 

« Le lavage des mains permet de réduire de 50% les cas de diarrhée et de pneumonie chez les jeunes enfants et freine considérablement la propagation de maladies infectieuses et d’épidémies comme le choléra ou Ebola. Avec Gravit’eau, nous avons développé une solution facile d’utilisation,» explique Bruno Pascual, notre spécialiste en eau, assainissement et hygiène dans les contextes d’urgence.

 

Une phase pilote dans un camp de déplacés

 

C’est au Nigéria que la phase pilote a été déployée. Au nord-est du pays, le conflit du gouvernement contre Boko Haram et d’autres groupes armés, qui a débuté en 2009, a entraîné une grave crise humanitaire. L’insurrection et la violence politique ont causé des déplacements massifs de population vers des camps où les besoins vitaux ne sont pas couverts. Les ressources en eau y sont extrêmement limitées, et donc prioritairement destinées à l’hydratation et à l’alimentation.

 

Des prototypes Gravit’eau ont été installés dans le camp de déplacés de Mafa dans l’Etat de Borno dans des espaces prévus pour des activités d’éducation pour les enfants. Jusqu’à 100 enfants par heure peuvent se laver les mains, en utilisant en moyenne 2 ml d’eau seulement par lavage. Changer l’eau de la station ne doit se faire qu'une fois par mois et l’installation ne nécessite que très peu d’entretien, une contrainte dans ce contexte.

 

Impacts et perspectives

 

Les premiers résultats de la phase pilote démontrent la pertinence d’un déploiement à plus grande échelle avec un souci permanent de perfectionnement technique. Pour assurer l’assimilation des bonnes pratiques, nous sensibilisons et informons les utilisateurs sur les bénéfices et le procédé d’une telle démarche.

 

Au-delà du lavage des mains, d’autres applications de cette technologie de filtration sont à l’étude pour des volumes d’eau plus importants, en particulier pour le traitement des eaux ménagères utilisées en cuisine ou pour l’hygiène corporelle.

 

Avec le soutien de