Justice juvénile restauratrice en Amérique latine

Nous travaillons avec les systèmes juridiques afin que leur sanction soit avant tout éducative plutôt que punitive. Avec le soutien de professionnels, nous les aidons à prendre un nouveau départ au sein de leur communauté.

Instauration en Amérique Latine de systèmes juridiques respectueux des besoins de l’enfant.

Brésil, Colombie, Equateur, Haïti, Nicaragua, Panama, Pérou

L’Amérique latine est l’une des régions les plus violentes au monde, 41 sur 50 des villes les plus violentes sont sur ce continent. Trafic de drogue, violence des gangs, traite d’êtres humains comptent parmi les problèmes majeurs qui y sévissent et affectent de manière disproportionnée les communautés pauvres et les enfants en particulier. Plus que 50 pour cent de tous les victimes de meurtre au Brésil sont des enfants.

Familles brisées, manque d’éducation et de perspectives d’avenir, inégalités et exploitation : autant de facteurs qui font que les enfants deviennent victimes ou auteurs de violences. Des peines pouvant aller jusqu’à l’emprisonnement de longue durée pour des délits mineurs, même pour des enfants, engendrent un cercle vicieux. Souvent, en prison, les enfants sont confrontés à encore plus de criminalité.

En Amérique latine, Terre des hommes est pionnière en instaurant des systèmes juridiques basés sur l’intérêt supérieur de l’enfant et de sa communauté. Nous recommandons que l’emprisonnement soit remplacé par des peines qui incluent  des actes de réparation auprès des victimes et de la communauté.

Ces mesures, combinées à une réintégration scolaire et à la formation professionnelle, permettent aux jeunes délinquants de se réinsérer dans la société et d’envisager un avenir loin de la violence. Au Pérou par exemple, seulement 6.4% des 2’500 jeunes délinquants ayant participé à notre projet de justice juvénile ont récidivé au cours des 10 dernières années.

Nous assistons les enfants en conflit avec la loi en leur offrant une médiation et une assistance juridique.

Tdh offre également des formations aux principaux acteurs du système juridique tel que les juges, la police, les avocats et le personnel pénitentiaire, afin que le système s’adapte aux besoins des enfants et que les enfants en conflit avec la loi reçoivent un traitement adéquat. Nous travaillons de concert avec ces acteurs, ainsi qu’avec les écoles, les familles et les enfants dans le but de prévenir les comportements violents. En 2015 par exemple, rien qu’en Équateur, nous avons formé 1’400 acteurs du système judiciaire.

Depuis notre bureau de Panama, nous instaurons une justice pour mineurs réparatrice dans toute la région de l’Amérique centrale.