Mineurs détenus au Burundi : réapprendre à vivre sans violence

Terre des hommes accompagne les jeunes en détention dans la prison centrale de Bujumbura et prépare leur réintégration sociale et scolaire. Des activités psychosociales leur sont proposées afin qu’ils puissent se défaire de leurs comportements violents.

Prévenir la résurgence de la violence

 

La confrontation d’un enfant au système judiciaire est souvent néfaste à son développement. Le manque de protection dans le processus judiciaire, la rudesse du système policier et les conditions souvent déplorables de l’incarcération constituent des facteurs de risques importants pour sa vie future. Terre des hommes accompagne les jeunes détenus de la prison centrale de Bujumbura par la mise en place d’un programme de prévention de la violence.

 

Deux fois par semaine, les adolescents sont invités à suivre des activités de sensibilisation, élaborées par les équipes de Tdh et spécialement conçues pour ce type de contexte. Par le biais d’ateliers d’expression corporelle et artistique, de cours de théâtre ou de séances de sport, ces jeunes mènent une réflexion sur les conséquences de la violence et acquièrent les bases nécessaires à une vie sans violence. Ils apprennent à identifier leurs émotions et celles des autres, à gérer leur impulsivité, à développer leur capacité d’empathie et à communiquer dans le respect.

 

La stratégie d’intervention consiste à:

 

- Soutenir les enfants en conflit avec la loi ou qui risquent de l’être. Les enfants sont au cœur du programme de prévention de la violence et de la délinquance. Ils en sont des acteurs à part entière, que cela soit dans la définition des problèmes qu’ils rencontrent, dans la recherche de solutions pour les surmonter ou dans l’application de ces solutions.

 

 

- renforcer les capacités des acteurs de la protection de l’enfance en formant les membres des comités de protection de l’enfant,en sensibilisant la communauté autour de la protection de l’enfant et en offrant des cours de spécialisation aux acteurs de la justice.

 

 

- développer de nouveaux services comme des systèmes de référencement d’enfants pour un soutien adapté, une ligne d’assistance aux enfants, des activités de prévention de la délinquance sexuelle, ainsi que des travaux d’intérêt général.

 

 

- aider directement les enfants en danger ou victimes en développant un panel de services adaptés à leurs besoins (scolarisation et services de santé par exemple).

 

 

 

Avec le soutien du Ministère de la Justice via la Cellule Nationale de Protection Judiciaire (CNPJ) et du Centre Jeunes Kamenge.

 

Mylène raconte la journée lors de laquelle des jeunes détenus ont reçu leur certificat qui atteste qu’ils ont suivi des cours d’alphabétisation.

Mylène, chargée des activités psychosociales de Tdh au Burundi

Lire la suite...