COVID-19
La pandémie menace les familles vulnérables.
11.06.2020 - Actualité

Bangladesh: une collaboration avec les acteurs locaux depuis 1975

En 1974, une famine ravage le Bangladesh. Pour offrir de l’aide aux enfants affectés, une équipe de Terre des hommes se rend sur place et entame une collaboration avec les autorités et les communautés locales. Une manière de travailler innovante pour l’époque et devenue incontournable aujourd’hui.
 
Le 12 novembre 1974, le New York Times titre: «Le Bangladesh craint des milliers de morts alors que la famine se répand». Une crise alimentaire ravage le pays déjà économiquement fragile, trois ans après la fin de la guerre d’indépendance et la création officielle de l’Etat. Lorsque le fondateur de Tdh Edmond Kaiser arrive au Kurigram, une région au nord du Bangladesh, en mars 1975, il est témoin des conditions dramatiques dans lesquelles vivent les enfants défavorisés.
 
Un ancrage local
Terre des hommes entre alors en discussion avec les autorités locales pour remettre en état les Chinnamukul, des centres d’accueil pour les enfants malnutris, malades et orphelins dans les villes Chilmari et Kurigram. Dans ces centres, les équipes de Tdh offrent aux enfants un suivi, des soins, de la nourriture et une éducation. Elles travaillent avec les communautés locales pour retrouver les familles des enfants et améliorer les conditions afin qu’ils puissent retourner dans leurs foyers. En parallèle, une équipe sillonne la région pour identifier les enfants des régions rurales isolées qui ont besoin d’aide.
 
 
Un programme médical est également créé pour les enfants qui ne peuvent pas être admis au centre. A l’hôpital gouvernemental de Kurigram, le personnel médical local et expatrié de Tdh travaille en collaboration avec des médecins pour créer un service de pédiatrie et un centre d’accueil de jour pour offrir des repas aux enfants et aux mères en situation de rue.
Lire aussi : De 1965 à aujourd’hui : Terre des hommes et l’action humanitaire
 
Miser sur l’avenir des jeunes
Dans les Chinnamukul, des formations professionnelles sont mises sur pied pour les jeunes. Ils peuvent se former en boulangerie, couture, sériciculture (culture de et tissage de la soie), menuiserie, mécanique, ou dans la vente en gérant la boutique du centre. Développer leurs compétences permet d'assurer leur indépendance économique et de faciliter leur réinsertion dans la communauté.
 
 
Aujourd’hui, le développement des compétences reste un élément central de notre travail avec les jeunes.
Un impact durable
La collaboration avec les autorités, les communautés et les familles sur place était une approche innovante pour l’époque. Elle permet d’assurer un impact positif durable sur la vie des enfants et des familles. Cette manière de travailler deviendra incontournable dans nos interventions au fil du temps. Aujourd’hui, les équipes de Terre des hommes s’engagent dans près de 40 pays, en étroite collaboration avec les décideurs politiques, l’entourage de l’enfant et les enfants et les jeunes eux-mêmes pour améliorer durablement leurs conditions de vie.
Un regard en arrière : Ceci est le cinquième article d'une série de 10, publiée à l'occasion de notre 60e anniversaire.
Source photos : originaux conservés aux Archives cantonales vaudoises, Fonds ACV PP 1053, Fondation Terre des hommes.

Rejoignez notre campagne « Fonds pour l’enfance »

Dans une interview accordée à la RTS le 13 février 1968 à son retour du Viêtnam, Edmond Kaiser déclarait : « […] nous n’aurions plus le droit de porter ce nom d’homme et de responsable que nous avons si nous entrions dans le rang des complices qui sachant cette douleur infinie se décident délibérément à ne rien faire. »

Alors qu’un nombre croissant d'enfants vivent aujourd’hui dans de meilleures conditions, plusieurs millions d’entre eux ont encore besoin de soutien et de protection. A l’occasion de notre 60ème anniversaire, nous avons lancé une campagne sur MyTdh, notre plateforme de collecte en ligne. L'objectif est de récolter 60'000 francs en un an. Ensemble nous pouvons y arriver, grâce à votre générosité et votre fidèle engagement !

Participez dès maintenant à notre campagne « Fonds pour l’enfance » en mobilisant votre réseau et soutenez nos programmes en faveur des enfants dans le monde. Merci du fond du cœur !

 

 

Source photos : © Tdh. Les originaux des photos d'archives sont conservés aux Archives cantonales vaudoises, Fonds ACV PP 1053, Fondation Terre des hommes.

 

 

Tags associés
Retour aux Actualités