15.12.2017 - Actualité

Bulgarie: nous ne laissons pas les enfants livrés à eux-mêmes

Bien que les réfugiés considèrent le plus souvent la Bulgarie comme un pays de transit vers l’Union européenne, le durcissement des contrôles aux frontières de la Hongrie et de la Serbie depuis 2016 a bloqué de nombreux migrants dans les centres d’accueil bulgares. Tdh fournit un soutien psychologique et social, ainsi qu’une protection aux enfants et mineurs non accompagnés dans trois centres à Sofia.

Parmi la population de requérants d’asile, plus d’un tiers étaient des enfants en 2016, dont 14% de mineurs non accompagnés ou séparés. Ces proportions ont atteint un niveau encore jamais égalé. Au vu de la capacité restreinte des autorités à gérer la situation des enfants demandeurs d’asile dans le pays, il était indispensable d’apporter une réponse à long-terme offrant une solution durable.

Alors que l’Etat est responsable de l’hébergement, de la nourriture et des procédures, nous nous occupons des enfants et des jeunes vulnérables. L’action que nous menons avec notre partenaire opérationnel, la Croix-Rouge bulgare (BRC), se concentre sur trois centres d’accueil où les enfants sont les plus nombreux: ceux de la capitale Sofia. Dans un environnement particulièrement déprimant pour les enfants réfugiés, il était urgent de créer un espace sécurisé pour leur permettre de redevenir des enfants quelques instants. Notre objectif est de fournir un espace où les enfants peuvent verbaliser leurs émotions – exprimer leur ressenti, leurs craintes et leurs espoirs. «Les sessions de narration d’histoires en groupe et l’expression par les arts sont des outils qui aident les enfants à surmonter leurs traumatismes», explique Vesna Nencheva, notre psychologue dans l’un des centres.

Nos espaces pour enfants dans les centres d’accueil

Bulgaria, Tdh, Terre des hommes, sports activities, reception centres for vulnerable children and unaccompanied or separated children on the move.

En équipant chaque centre d’un espace dédié aux enfants et de salles d’informatique pour les jeunes déplacés, nous avons pu créer pour eux un lieu de jeux et d’apprentissage. Chaque espace est équipé de matériel qui permet d’organiser des activités: sports, bricolage, musique ou encore lecture. Dans les salles d’ordinateurs, un expert organise des sessions de formation pour aider les jeunes à développer leurs connaissances en informatique et, donc, leur employabilité. Ces salles offrent également un accès à Internet pour contacter familles et amis.

Premier système de gestion de cas pour les enfants en Bulgarie

Nous avons élaboré un système de gestion de cas pour les enfants migrants. Notre équipe enregistre les cas, renforce les mécanismes d’orientation et offre un soutien direct aux enfants.«Jusqu’à maintenant, la Bulgarie ne proposait aucune protection globale aux enfants non accompagnés ou séparés. Nous nous efforçons de combler cette lacune en recourant à la gestion de cas», explique Lyudmila Simeonova, responsable d’équipe Gestion de cas.

Hayaan*, un jeune Somalien de 17 ans non accompagné, fait partie des enfants ayant bénéficié de ce service. Il attend d’être réuni avec sa famille au Royaume-Uni. Durant la longue procédure juridique, il restait oisif toute la journée. Un travailleur social l’a aidé à trouver les meilleures opportunités pour combler cette longue attente. Il a ainsi pu participer à une formation professionnelle et suit actuellement un cursus en boulangerie dans une école secondaire, donnant ainsi corps à son rêve.

En août 2017, l’Agence nationale bulgare pour les réfugiés a réservé un bon accueil à notre gestion de cas et a exprimé son intérêt à adopter les mêmes méthodes et à les étendre à d’autres ONG sur le long terme.

Crédit photo: © Tdh/Ivo Daskalov

*Le nom et l’image de l’enfant ont été changés pour le respect de sa vie privée.

Regardez notre film sur la première partie du projet en faveur des enfants non accompagnés ou séparés en Bulgarie, fruit d’une collaboration avec l'IRC (International Rescue Committee):

Bulgarie: protéger les enfants migrants