16.06.2016 - Actualité

Détention illégale de mineurs migrants en Suisse : état des lieux

Lire le rapport complet:

Détention illégale des mineurs migrants en Suisse: un état des lieux.

Lire le rapport complet:

« Les enfants qui se trouvent dans le contexte de la migration, qu'ils soient accompagnés, séparés ou non-accompagnés ne devraient pas être placés en détention. Le statut migratoire ne saurait constituer une infraction et ne saurait justifier que l'on détienne des enfants à ce titre. »

Jean Zermatten, Fondateur et ancien Directeur de l’Institut international des droits de l’enfant (IDE) et ancien Président du Comité de l’ONU des droits de ­l’enfant.

A l’occasion d’un séminaire intitulé « Promouvoir les alternatives au placement en rétention d’enfants migrants en Suisse », Terre des hommes présente son récent rapport sur la détention illégale des enfants migrants en Suisse.

La communauté internationale est de plus en plus préoccupée par la nécessité de mettre fin à la détention des enfants. Cependant, en Suisse comme dans de nombreux autres pays, trop peu d'information est disponible pour permettre une analyse approfondie du problème.  

Dans le but de remédier au manque d’information sur la détention administrative des mineurs en Suisse, Terre des hommes a évalué en 2015 la situation des mineurs non-citoyens suisses placés en détention du fait de leur statut migratoire. Il en est ressorti un manque de transparence flagrant. On ne sait pas de manière claire où sont placés les enfants en détention administrative. De tous les cantons, seuls huit ont fourni des réponses complètes. Six n’ont donné aucune réponse. L'étude complète est disponible en trois langues.

Le séminaire intitulé « Promouvoir les alternatives au placement en rétention d’enfants migrants en Suisse » a lieu jeudi 16 juin à Berne. Seront présents :

  • Mme Doris Fiala, Rapporteure générale de la Campagne parlementaire visant à mettre fin à la rétention d'enfants migrants ;
  • Vito Angelillo, Directeur général de Terre des hommes ;
  • Mr Albrecht Dieffenbacher, Secrétaire d'Etat aux migrations, Suisse 
  • Mme Sandra Imhof, Chef du Secrétariat, Commission nationale de prévention de la torture, Suisse ;

Et des représentants du HCR, d’Amnesty International, de l’OSAR et de l’International Detention Coalition.

Terre des hommes tient à remercier tout particulièrement le Global Detention Project pour l’enquête menée, ainsi que les autorités cantonales et le Secrétariat d’Etat aux migrations pour leur précieuse collaboration.

Crédit photo: © Tdh / Ollivier Girard