Famine au Soudan du Sud
Familles et enfants n'ont plus accès à la nourriture et aux biens de première nécessité en quantité suffisante. Lire plus
urgence

Avec votre don, vous soutenez les enfants qui en ont le plus besoin et nous aidez à changer leur avenir.

Grâce à votre don, nos spécialistes peuvent venir en aide aux enfants qui en ont le plus besoin.

En tant que sympathisant, vous nous soutenez dans la lutte pour le respect des droits de l'enfant.

Devenez forgeur de destinées et aidez-nous à changer l’avenir des enfants les plus vulnérables.

Mettez vos compétences et un peu de votre temps libre au service des enfants.

Chantez, jouez ou dansez en faveur des enfants exploités.

Soutenez les actions de rue du 20 novembre pour la Journée Internationale des droits de l’enfant.

Marche, ski de fond, course d’orientation ; nos bénévoles organisent des activités sportives pendant toute l’année.

Participez à la chaîne de solidarité en achetant un ou plusieurs cartons d'oranges.

Devenez partenaire de Tdh et aidez-nous à soutenir plus de 2 millions d’enfants et leurs familles chaque année.

Dans quel domaine pouvons-nous vous aider ?

Je m’engage Je m'engage Je m'engage Je m’engage Je m'engage Je m'engage Je m'engage Prendre contact Je m'engage Ordre
25.04.2016 - Actualité

Au Népal, les enfants craignent que la terre tremble à nouveau.

Lire le résumé de l'étude.

One year after the Nepal earthquake

Lire le résumé de l'étude.

Un an après le puissant séisme qui a dévasté le Népal, les enfants ayant survécu à la catastrophe sont confrontés à des traumatismes qui pourraient avoir d’importantes conséquences sur leur bien-être à long terme.

Cinq organisations d’aide à l’enfance – Terre des hommes, Plan International, Save the Children, UNICEF et World Vision – ont interrogé plus de 680 enfants provenant des cinq régions les plus gravement touchées par le séisme.

Les résultats de cette étude, intitulée « Voix des enfants, droits des enfants: un an après le séisme », montrent que filles et garçons craignent un nouveau séisme. « J’ai toujours peur du tremblement de terre. Que se passe-t-il si cela arrive quand je suis en classe? », s’interroge une adolescente du district de Rasuwa. « Mon école est loin et je dois marcher des heures pour y arriver. Le chemin est très dangereux: il y a souvent des glissements de terrain », renchérit un camarade.

« Nous avons peur, même en rêvant. Nous sursautons au bruit des voitures », raconte un garçon de la région de Kavre. Ces peurs ont des répercussions psychologiques. La moitié des enfants sondés déclarent réagir toujours fortement aux bruits un an après le séisme et 23% d’entre eux ne dorment pas aussi bien qu’avant la catastrophe.

« Le temps à lui seul ne dissipera pas la crainte des enfants de voir leur maison trembler une nouvelle fois lorsqu’ils tentent de s’endormir. Nous devons tout faire pour qu’ils se sentent à nouveau en sécurité et les aider à vivre avec leurs souvenirs douloureux », relève Sebastian Zug, délégué de Terre des hommes (Tdh) au Népal.

Présente au Népal depuis 1985, Tdh est venue immédiatement en aide aux enfants touchés par le tremblement de terre dans les districts de Kavre, Sindhupalchok et Lalitpur. Nous avons distribué nourriture, couvertures et kits d’hygiène, dispensé des soins aux blessés en installant des cliniques mobiles dans les régions les plus reculées et réparé les points d’eau.

Tdh a également mis en place des espaces adaptés aux enfants. Nous avons organisé des activités ludiques et éducatives profitant à 7'500 enfants. Au cours de ces activités, les enfants ayant besoin d’un soutien psychologique plus important ont pu être identifiés. Nous avons ainsi dispensé des premiers soins psychologiques à près de 700 enfants.

En plus de nos programmes de reconstruction et de santé, nous travaillons aujourd'hui à la formation des professeurs, du personnel médical et des femmes-volontaires de la communauté à s’occuper des enfants traumatisés: « Parents et enseignants doivent apprendre à s’occuper de ces enfants traumatisés pour leur redonner confiance en l’avenir », ajoute Sebastian Zug.

Crédit photo : ©Tdh

Lire le résumé de l'étude.

One year after the Nepal earthquake

Lire le résumé de l'étude.