Urgence Ukraine
Les enfants d’Ukraine et leurs familles ont besoin de votre aide  
closed
urgence
32702

Avec votre don, vous soutenez les enfants qui en ont le plus besoin et nous aidez à changer leur avenir.

Grâce à votre don, nos spécialistes peuvent venir en aide aux enfants qui en ont le plus besoin.

En tant que sympathisant, vous nous soutenez dans la lutte pour le respect des droits de l'enfant.

Devenez forgeur de destinées et aidez-nous à changer l’avenir des enfants les plus vulnérables.

Mettez vos compétences et un peu de votre temps libre au service des enfants.

Chantez, jouez ou dansez en faveur des enfants exploités.

Soutenez les actions de rue du 20 novembre pour la Journée Internationale des droits de l’enfant.

Marche, ski de fond, course d’orientation ; nos bénévoles organisent des activités sportives pendant toute l’année.

Participez à la chaîne de solidarité en achetant un ou plusieurs cartons d'oranges.

Devenez partenaire de Tdh et aidez-nous à soutenir plus de 2 millions d’enfants et leurs familles chaque année.

Dans quel domaine pouvons-nous vous aider ?

Je m’engage Je m'engage Je m'engage Je m’engage Je m'engage Je m'engage Je m'engage Prendre contact Je m'engage Ordre
23.03.2022 - Actualité

Ukraine : la solidarité sous les bombardements

Yana Moroz et Anastasiia Nepran sont psychologues chez Terre des hommes (Tdh) en Ukraine. Après avoir rejoint un endroit sûr, elles ont pu partager leur expérience et décrire ce que vivent les enfants dans cette crise. Terre des hommes se mobilise pour venir en aide aux réfugiés dans les pays voisins.

«Avant le début des hostilités, nous travaillions avec des adolescents sur des sujets comme la résistance au stress et le travail d’équipe dans les communautés proches de la frontière russe. Les besoins vitaux comme l’eau, la nourriture et les médicaments étaient remplis. Cela rendait possible notre travail de soutien psychosocial. Ce n’est malheureusement plus le cas aujourd’hui.»

Les priorités ont changé, tout le monde en Ukraine s’est attelé à sauver sa vie ainsi que celle de sa famille. Beaucoup ont passé des jours et des jours dans des abris sans eau, sans électricité et sans moyen de communiquer avec l’extérieur. D’autres ont pris la décision de laisser leur maison et de partir. La situation est «terrible» selon les mots d’Anastasiia et Yana. Des parents «donnent» leurs enfants à des inconnus car il n’y a pas assez de places dans les trains d’évacuation, ils les «lancent» dans des bus ou voitures pour qu’ils puissent se mettre en sécurité.

Certains enfants accompagnés de leurs parents passent plusieurs jours sur la route dans des zones de tirs très dangereuses. Les embouteillages sont interminables et il est impossible de remplir un réservoir avec de l’essence. Le froid, le manque de vivres, la peur, l’anxiété, tous ces sentiments sont omniprésents! «Nous sommes très inquiètes pour nos collègues également. La plupart sont dans des villes bombardées constamment et qui n’ont plus accès à aucune ressource depuis plusieurs jours et le seul moyen de communication dans ces régions-là est la radio», racontent nos deux psychologues.

Les conditions sanitaires sont déplorables, la nourriture pour bébé est épuisée et les aides humanitaires sont difficiles d’accès à cause des bombardements. Le stress et l’anxiété envahissent les parents et aucun soutien psychologique n’est possible tant que les besoins vitaux font défaut. «Les besoins physiologiques sont la priorité absolue! Il faut boire, manger et dormir.»

Yana et Anastasiia termine sur une note positive et une lueur d’espoir en affirmant que «malgré le fait de ne pas savoir de quoi sera fait demain, nous avons un certain sentiment de sécurité grâce au soutien de nos êtres aimés et de Tdh. La solidarité entre parents, voisins et enfants est belle à voir! Ils se soutiennent et s’aident mutuellement, ils partagent tout ce qu’il leur reste.»

Comment se mobilise Terre des hommes?

Afin de répondre à la vague de réfugiés dans les pays voisins de l’Ukraine (4 millions au 29 mars selon UNHCR), Tdh est en train de déployer plusieurs unités mobiles en Moldavie, Roumanie et Hongrie. Neuf équipes, composées d’experts en travail social, des psychologues et du personnel de santé, sillonneront les trois pays. Le but est de s’assurer que les enfants, les jeunes, les mères et femmes enceintes aient accès aux biens de nécessité en distribuant des kits d’hygiène et de dignité (incluant des masques et du désinfectant pour se prémunir du Covid-19) et également protéger les plus vulnérables de la violence ou du danger d’exploitation.

Concrètement, une équipe d’urgence analyse les besoins en Roumanie, Hongrie et Moldavie en ce moment même afin de déterminer les endroits où Tdh pourra avoir un impact positif comme dans des centres d’accueil, des stations de train ainsi que des zones frontalières avec l’Ukraine. Les activités ont déjà débuté en Moldavie grâce à l’adaptation rapide des projets déjà existants sur place.

Ignazio Cassis en visite

Le président de la Confédération a profité de son voyage en Pologne et en Moldavie pour rendre visite à l’équipe Terre des hommes à Chisinau. Tdh, en partenariat avec UNICEF Moldova a créé et gère l’espace «Blue Dot» à MoldExpo, le principal centre d’accueil et de placement des réfugiés venus d’Ukraine.

Des enfants de tous âges viennent tous les jours participer aux activités proposées par Terre des hommes. Le jeu et la créativité permet de faire face aux impacts de la guerre. Cela aide les enfants à se sentir en sécurité, respectés et leur donne de l’espoir.

Les enfants d’Ukraine ont besoin de vous, faites un don!

 


L’équipe Terre des hommes présente les activités du centre à Ignazio Cassis, président de la Confédération Suisse.

Crédits photos: ©Tdh

 

 

Tags associés
Retour aux Actualités