Béatrice Sermet,
responsable de la communication du groupe bénévole de Bienne-Jura bernois

«Mon engagement est un acte citoyen. C’est dans cet esprit que je donne une modeste partie de mon temps pour participer à une énorme tâche collective, celle de venir en aide aux enfants du monde qui en ont besoin.»

«Citoyen ou citoyenne du monde... belle expression lue et relue, utilisée dans les discours et les articles de toutes sortes. Le suis-je vraiment? Ou puis-je le devenir? Peu importe la réponse. Mais c’est dans cet esprit que je donne une modeste partie de mon temps pour participer à une énorme tâche collective, celle de venir en aide aux enfants du monde qui en ont besoin, à leur famille, à leur entourage.

Je suis donc bénévole au sein de la Fondation de Terre des hommes. Pas plus d’une à deux heures par semaine en moyenne, c’est selon. Une centaine d’heures par an? Davantage? Peu et beaucoup à la fois. Peu pour moi, une nécessité pour Tdh. A cumuler ainsi les centaines d’heures offertes par des bénévoles, Tdh assure sa présence au sein de notre population et diffuse ainsi par le «faire» (et non seulement par la parole) la nécessité de notre solidarité citoyenne à l’égard de ceux qui n’ont pas le pouvoir d’agir sur leur destin: enfants victimes des guerres, des famines et du dénuement.

Le réseau des bénévoles de Tdh, ce sont aussi des liens d’amitié qui se nouent dans le plaisir d’agir. Sans morale. Parce que c’est indispensable pour toute l’humanité. Les beaux moments sont ceux que l’on vit dans la rue, à la rencontre de la population de nos villes et villages... ou lors de soirées de préparation, conviviales, intenses, mais qui débouchent toutes sur des actions concrètes. Du concret, voilà ce qui me motive... Merci donc à tous les jeunes et moins jeunes qui vont nous rejoindre pour concrétiser tous les «il faudrait faire», prononcés à propos des images insoutenables présentées dans nos médias.»

Béatrice Sermet est responsable de la communication du groupe bénévole de Bienne-Jura bernois. Dès les années 60, elle est attirée par la cause de Terre des hommes. Sa famille adopte une petite fille. Béatrice prend la tête d’un établissement de formation et intervient aussi en tant qu’élue de la cité horlogère. Elle fait connaître avec talent les manifestations du groupe de Tdh dans les médias de la région.