Urgence Afghanistan
Les enfants en Afghanistan ont besoin de votre aide.  

Hamza Goumbane,
responsable d’un FabLab

«Travailler avec des enfants m’a ouvert l’esprit.»

Dans la province du Ganzourgou, à proximité d’une mine d’or artisanale, le centre de formation de Tdh héberge un laboratoire FabLab. Hamza Goumbane est responsable du projet et accompagne les enfants dans leur formation.

Que proposez-vous dans le FabLab?

Mon travail consiste à orienter chaque enfant vers la formation qui lui convient le mieux, en fonction de ses attentes et ses envies. Nous proposons trois cursus différents. Il y a le cursus informatique dans lequel on apprend aux jeunes à manipuler un ordinateur, à faire des recherches sur internet pour par exemple trouver du travail. Nous avons une formation sur l’utilisation de l’imprimante 3D et une autre sur des techniques d’agriculture. Un quatrième module sera bientôt disponible et abordera l’énergie renouvelable et les matériaux recyclables. En ce moment, nous encadrons environ 200 enfants. C’est un défi car les enfants n’ont pas tous le même âge et ont des intérêts très différents.

Comment accompagnez-vous les jeunes?

Le plus important est de montrer aux enfants et aux jeunes que le travail sur les sites d’orpaillage n’est pas la meilleure solution pour s’en sortir. Les différentes formations que nous leur proposons leur permettent de gagner de l’argent et d’être autonomes. L’informatique par exemple, peut leur être utile dans bien des domaines, Sur les sites miniers, ils sont employés par des gens qui ne les payent que 1000 CFA (environ 1.70 CHF) par jour ou d’autres encore qui ne les payent que lorsqu’ils tombent sur un filon.

Y a-t-il une histoire en particulier qui vous a marqué?

Adama* travaille avec ses parents sur le site d’orpaillage depuis qu’il a cinq ans. Il n’est jamais allé à l’école et ne savait pas écrire son nom. La première fois qu’il est venu au FabLab, il a refusé d’entrer car les ordinateurs lui faisaient peur. On l’a rassuré en lui disant qu’on allait apprendre ensemble. Aujourd’hui, il a dix ans. Il apprend à lire et à écrire, et il s’est familiarisé avec les ordinateurs.

Vous êtes informaticien de formation. Qu’est-ce qui vous a poussé à travailler avec des enfants?

Travailler avec des enfants m’a ouvert l’esprit. Avant, je n’imaginais pas que des enfants pouvaient subir de telles maltraitances et souffrir autant juste pour se procurer à manger. Je travaillais en ville. C’est en allant en province que j’ai vu d’autres réalités. Quand je me lève le matin, je pense à ces enfants qui ont creusé toute la nuit et qui après, au lieu de se reposer, viennent au FabLab, déterminés à apprendre dans l’espoir de se sortir de leur situation. Ça me donne beaucoup d’énergie et m’encourage à les aider du mieux que je le peux. J’apprends des enfants et les enfants apprennent de moi.

 

*Le prénom a été changé pour le respect de la vie privée.