COVID-19
La pandémie menace les familles vulnérables.

BRIDGE: Sensibilisation à la violence basée sur le genre en Europe

Les enfants et les jeunes migrant.e.s sont exposés à la violence basée sur le genre (VBG) et aux abus dans leur pays d'origine, durant leur migration et dans le pays de destination. A travers le projet BRIDGE (Building Relationships through Innovative Development of GBV Awareness in Europe), Tdh et ses partenaires apprennent aux enfants et aux jeunes à mieux se protéger et renforcent les mesures pour résoudre ce problème dans les pays de l'UE.

Des rapports dressent une situation alarmante sur la violence basée sur le genre (VBG) dont sont victimes les enfants et les jeunes réfugié.e.s et migrant.e.s au sein de l'Union européenne. [1]L'absence de données, le manque de connaissances et de coordination des professionnel.le.s et la faible sensibilisation des enfants et des jeunes migrant.e.s rendent la VBG difficile à traiter. Le projet BRIDGE renforce l'aide aux enfants et aux jeunes migrant.e.s victimes de VBG en Belgique, en Grèce, en Hongrie, à Malte, en Roumanie et dans d'autres pays de l'UE.

 

La migration peut être une expérience traumatisante pour les enfants et les jeunes. Ils et elles parcourent parfois des milliers de kilomètres dans des conditions dangereuses et insalubres, avec un accès limité à la nourriture, à des abris ou à des soins médicaux. Cette vulnérabilité accrue les expose à la violence, et particulièrement à la VBG. La violence basée sur le genre (VBG) ou sexospécifique est la violence dirigée spécifiquement contre une personne du fait de son genre ou qui affecte les femmes ou les hommes de façon disproportionnée. Il peut s'agir de violences ou d'exploitation causées par les passeurs, les agent.e.s de l’Etat, le personnel d'institutions publiques, d'autres migrant.e.s ou même des membres de leur famille.

Ces formes de violence peuvent toucher quiconque, mais les normes sociales sur le rôle des hommes et des femmes qui sont nuisibles et les inégalités de pouvoir entre les sexes rendent les jeunes femmes et les filles particulièrement vulnérables. De plus, les victimes ont parfois peur de dénoncer ces actes de violence et, lorsqu'elles le font, elles ne sont souvent ni écoutées ni prises au sérieux ou sont humiliées par leur famille et leur communauté.

« La plupart des cas de violence basée sur le genre ne sont pas dénoncés par les enfants. Il revient donc aux adultes de reconnaître les signes pour pouvoir prendre des mesures appropriées et rapides », explique Nenad Matejic, la responsable du projet. Avec ce projet, nous voulons agir sur les cas dissimulés de violence basée sur le genre.

 

Outils de collecte de données

Nous avons développé un outil mobile de collecte de données destiné aux professionnels de la santé ainsi qu'aux enfants et aux jeunes migrant.e.s. Le questionnaire nous permet de récolter des informations sur la VBG, sur les lacunes des professionnels en la matière, sur le degré de sensibilisation des services et sur la compréhension de la VBG chez les enfants et les jeunes migrant.e.s. Sur cette base, nous développons des activités telles que des programmes de formation pour les professionnels de la santé et des campagnes de sensibilisation.

 

Améliorer les compétences des professionnels de la santé

Plus de 1000 professionnel.le.s de la santé en Europe bénéficient de notre programme d'apprentissage. Ils et elles apprennent à identifier et à traiter des cas spécifiques de VBG parmi les enfants et les jeunes migrant.e.s et à les aider à reconnaître et à prévenir cette forme de violence. La formation offline et online est liée à ChildHub, notre plateforme régionale d'apprentissage et de partage qui renforcera une communauté de pratique sur la VBG et la soutient avec des ressources sur le thème.

 

Sensibiliser les enfants et les jeunes

Nous mobilisons les enfants et les jeunes migrants pour élaborer avec eux du matériel pour des campagnes de sensibilisation dans chaque pays. Ces matériels de campagne seront élaborés sous différents formats et ont pour but d'informer et de sensibiliser davantage les enfants et les jeunes en migration à la VBG.